* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Fêtes du 1er au 17 Novembre.

 

  Fêtes de Novembre

  1er Novembre : Toussaint :

Prénom peu usité que celui de Toussaint, sauf dans les pays méditerranéens, en Corse par exemple où il se transforme en Santina (petite sainte), Peut-on dire qu'il confère à ceux qui le portent toutes les qualités, certes non, mais il rayonne de charité, se simplicité et à ce titre porte chance. Les Santina ont le respect de la parole donnée, une certaine fierté et un grand attachement aux coutumes, Les Toussaint aiment la nature, sont bons compagnons, modestes et n'aspirent qu'à un bonheur calme et sans histoire.

A Rome, en 27 avant J. C. l'empereur Auguste fait construire le Panthéon, dédié à tous les dieux. En 609 après J. C. , pour la première fois dans l'histoire de l'église, ce temple païen désaffecté, devient une église que le pape Boniface IV dédie à la Vierge Marie et à tous les martyrs. On y célèbre chaque année une fête de tous les martyrs, une Toussaint, dans la joie de Pâques, Dans les années 800, cette fête passe au 1er Novembre d'abord en Gaule, puis à Rome, Le 1e Novembre était pour les celtes une grande solennité marquant le début de l'hiver.

          2 Novembre : Mémoire des défunts.

Dans notre pays, il est d'usage de ne fêter aucun saint du calendrier liturgique ce jour-là. Mais il est maintenant courant d'honorer nos morts le jour de la Toussaint, souvent pour des raisons pratiques. L'essentiel n'est-il pas d'en entretenir le souvenir ! Donnons tout de même ici la définition du prénom : Harold qui se fêtait le 1er, Les Harold sont spontanés, diverts, éclatent de joie de vivre et sont ouverts à toute nouveauté, D'humeur égale, ils sont très recherchés car ils sont des amis sincères & réconfortants.

St Harold, roi de Danemark, baptisé après 948, impose de christianisme dans son pays ce qui lui vaudra la mort vers 986.

  3 Novembre : Hubert :

Les Hubert ont une grande faculté d'adaptation, beaucoup de courage & de fierté, leur galanterie les fait apprécier des femmes. En affaire, ils savent utiliser leurs relations, tiennent leurs engagements et sont également très serviables. Les Huberte ont de grandes qualités, courageuses pour ne pas dire intrépides, elles sont le reflet des Hubert mais avec plus de douceur. Elles sont intelligentes, avisées et très distinguées. St Hubert fut l'évêque de Tongres-Maastricht, Liège, Belgique de 705 à 727. Pêcheur de son vivant, il mourut des suites d'une blessure à la main alors qu'il plaçait ses filets.

St Hubert est devenu le patron des chasseurs, parce qu'il fut vénéré principalement dans les Ardennes par un peuple de chasseurs. On l'invoque également contre la rage.

  4 Novembre : Charles.

Ce prénom Charles, confère à ceux qui le portent la dignité, l'orgueil... Parfois, le courage des opinions, l'autorité, le sens de la grandeur (quand les intérêts généraux sont en cause). Vindicatifs en ce qui les concerne personnellement, ils sont ambitieux et défendent leurs idées avec acharnement. En affaires, ils innovent, prennent des risques, assurent leurs responsabilités sans faiblesse, ont un certain mépris de la critique, et, se font autant d'amis que d'ennemis. Leur vie sentimentale est discrète, leur sens de la famille se réfère aux traditions, et s'ils subissent des épreuve ils en ont la pudeur.

St Charles Borromée, né le 2 Octobre 1538 au château de Borromée près du lac Majeur (Italie) fut cardinal a 22 ans, il aida son oncle le pape Pie IV à mettre en oeuvre les décisions du concile de Trente (1515-1563), Evêque de Milan en 1563, il fonde un des premiers séminaires pour la fondation des prêtres, et paie de sa personne pour le bien de tous, et meurt à Milan le 3 Novembre 1584.

  5 Novembre : Sylvie

Les Sylvie ont d'admirables qualités de mère & d'épouse, elles n'aiment guère les études, mais très curieuses tout-à-tout, ne serait-ce que pour faire bonne figure en société et surtout auprès de leurs maris. Très romanesques, elles se créent des illusions, entraînées par une imagination débordante qu'elles alimentent en lisant beaucoup de romans. Artistes, elles ont beaucoup de goût et peuvent réussir dans les commerces de luxe. Par contre, elles sont susceptibles, ont la réplique cinglante, et si elles en ont le prétexte, sont très jalouses.

Ste Sylvie, mariée à Rome, était la mère du pape St Grégoire le Grand, son fils ayant transformé en monastère sa maison, elle se loge sur l'aventin d'où chaque jour de la belle saison elle envoie à son fils, le pape, les produits de son jardin, comme l'atteste encore aujourd'hui une inscription près de l'église St André du clicus scauri. Elle meurt vers 592.

  6 Novembre : Léonard.

Chez les Léonard, on trouve le meilleur et le pire. Suivant la route choisie, ils s'élèvent très hauts ou sont réduits à la plus mauvaise condition . Il est certain que tous, même les plus doués, tel Léonard de Vinci, n'atteignent pas à sa perfection, mais si leurs dispositions sont bonnes, ils peuvent atteindre une belle réussite, tant dans les arts que dans les sciences. Par contre, si les Léonard (dont le prénom, il faut le rappeler, signifie support de Lucifer) appliquent leur intelligence à des activités beaucoup moins recommandables. Ils peuvent devenir dangereux : gare aux apprentis sorciers ! La ville de St-Léonard de Noblat (Haute-Vienne) s'est développée autour d'un lieu de pèlerinage à un St-Ermite qui a certainement vécu là entre le Ve siècle et le Xe siècle. En 1028, l'évêque de Limoges demande des renseignements à un spécialiste : St Fulbert de Chartres, sur le dit Saint, sans rien recevoir, mais à la fin du XIe siècle, il est question d'une vie complète ou la légende l'emporte sur la vérité.

On a tout de même fait de St Léonard le patron des prisonniers et des … fous à lier !

  7 Novembre : Ernest.

Les Ernest sont plutôt superficiels, ils aiment la plaisanterie et s'entendent davantage aux plaisirs de la table et aux distractions qu'aux spéculations intellectuelles. Ils sont à leur tour la proie des tentations les plus fantaisistes ou des ambitions les plus tenaces. Cependant, ils sont du savoir-faire, de la diplomatie, et reprennent toujours pied dans les circonstances les plus délicates. Leurs amours souvent orageuses leur causent bien des difficultés.

Abbé du monastère de Zxlefalten, près de Constance (Allemagne), St Ernest se joint à l'armée de l'empereur Conrad II partant pour la IIe croisade. Il trouve la mort dans le désastre de Dorylée, actuellement Esksehir (Turquie), le 26 Octobre 1147. On peut le considérer comme le patron des aumôniers militaires.

  08 Novembre : Goeffroy

Geoffroy et Godefroy spnt des prénoms à consonance moyenageuse, qui se rapportent à la chevalerie, mais ils sont, au cours du temps, perdu bien de leur panache, la noblesse et la vaillance, se sont transformées en courage journalier, la loyauté a résisté, ce sont des amis fidèles, des maris fort convenables et des pères attendris. Ils sont très attachés à leurs principes et savent défendre leurs droits avec énergie et lucidité.

St Geoffroy est né dans le Soissonnais en 1605, moine cellérier (économe) de son couvent. Il fait preuve d'habileté dans les affaires, et d'adresse, pour échapper aux seigneurs pillards, qui ne manquaient point à cette époque. Prêtre en 1090, élu évêque d'Amiens en 1104, il lutte avec courage contre les prédateurs, et surtout appuie la création de la commune d'Amiens en 1113. Il meurt à Soissons (Aisne) le 8 Novembre 1115.

 09 Novembre : Théodore.

Ce prénom Théodore, rarement donné maintenant, signifie présent de dieu, il ne justifie pas toujours cette justification. Il peut y avoir la part du diable dans leur comportement. En général, ils ont beaucoup de forces, affirment leurs convictions, déploient leur énergie au service de leurs ambitions, mais exigent autant des autres que d'eux-mêmes. Ils sont justes, mais intolérants, ne dédaignent pas la plaisanterie avec leurs familiers, donnent leur avis avec une franchise souvent brutale, et par là se crée bien des inimités.

St Théodore fut très populaire dès le IXe siècle, tant en Orient qu'en Occident. Il serait martyr d'Amassée dans le Pont (Amasya, Turquie) au temps de l'empereur Maximilien vers 300.

  10 Novembre : Léon.

Les Léon ont une intelligence brillante, mise au service d'une grande ambition, habiles, intuitifs, ils savent utiliser toutes les ressources que le ciel a bien voulu leur accorder. Leur abord est agréable, ils sont gais, savent mettre beaucoup d'animation dans les groupes dont ils prennent volontiers la tête, accordent leur protection à la famille et aux amis, quand à leurs amours elles sont assez volages au début de leur vie, puis avec l'âge, et la raison aidant, se stabilisent. Ils font ainsi de très bons maris, indulgents aux défauts de leur femme, mais sachant apprécier leur grâce et leur fantaisie.

St Léon, née vers la fin du IXe siècle, fut diacre de Rome, il accomplit en 440, une délicate mission en Gaule, élu pape par le clergé et le peuple de Rome à son tour, il sera à tous points de vue, un très grand pape, son oeuvre parvenue jusqu'à nous, est classique dans l'église. Il fut un de ceux qui s'opposèrent à Attila et l'empêcha d'envahir Rome en 452. Il meurt le 10 Novembre 461.

  11 Novembre : Martin.

Les Martin ne sont pas du tout batailleurs dans le sens du terme, mais sont plutôt ardents à poursuivre une idée ou un apostolat. Ils se dont des défenseurs de toutes les vertus, mais se montrent très compréhensifs aux misères humaines, ayant des goûts simples, ils apprécient le calme des campagnes et s'accommodent fort bien d'un régime frugal.

St Martin, est né en 316, dans une garnison de la frontière hongrois, et fut soldat de bonne heure. Tandis que Catéchumène il se préparait au baptême, il partage son manteau avec un pauvre rencontré sur le chemin, selon la légende. Baptisé à Amiens en 339, il quitte l'armée impériale où il servait en tant qu'officier de la garde, pour aller à Poitiers, à l'école de Saint-Hilaire, où il fut ordonné prêtre en 360. Il fonde à Ligugé, un centre religieux, qui deviendra l'abbaye de Ligugé. Evêque de Tours en 371, il évangélise la campagne et son action s'étend à toute la France. Il meurt le 9 Novembre 397.

  12 Novembre : Christian * Emilien.

Les Christian dans leur enfance à la fois câlins et très éveillés, curieux, rien ne leur échappe. Ils ont des attachements profonds, beaucoup de sensibilité et encore plus d'amour-propre (c'est par ce biais, qu'on peut les stimuler). Elèves studieux, intelligents, leur excellente mémoire leur permet de poursuivre de bonnes études. Adultes, ils tiennent leur place avec honneur, se font beaucoup d'amis, étant donné leur serviabilité, et réussissent dans leur carrière en raison de leur conscience professionnelle. Meilleurs pères qu' époux, ils savent très bien organiser leur vie sentimentale.

St Christian fut cuisinier d'un groupe d'ermites et fut massacré avec eux par des brigands en 1003, en Pologne.

  St Emilien fut un berger musicien, né en 474n touché par la grâce, il abandonne son troupeau et se fait ermite. Devenu prêtre et curé de Berséo (Espagne) il se montre si généreux envers les pauvres que les clercs du voisinage le dénoncent à l'évêque comme dilapidant les biens de l 'église. Il est démis de sa charge, et retourne avec bonheur à sa solitude où il meurt vers 574. Sur ce lieu existent les monastères de St Millan de la cogolla.

  13 Novembre : Brice * Diego.

Les Brice sont généreux, francs, tout d'une pièce et par là ne se font pas toujours des amis, car ils manquent souvent de diplomatie. Altruistes, ils adhèrent volontiers aux mouvements de réforme pour ce qu'ils estiment le bien de la société. Courageux dans l'épreuve, ils ne pleurent sur eux-mêmes, et restent intransigeants dans leurs convictions. Leurs sentiments sont passionnés, sous une apparente réserve. Il font des amis fidèles et des maris jaloux.

St Brice fut un disciple de St Martin. Il devient évêque de Tours, vers 397 et manifesta ses qualités de bonté et d'énergie.

  St Diego né en Andalousie vers 1400, ermite artisan puis frères convers franciscain, il fût l'apôtre des îles Canaries, lutta contre la rapacité des conquistadors, et mourut près de Madrid, le 12 Novembre 1463.

  14 Novembre : Sidoine * Sidonie.

Sidoine, prénom d'origine irlandaise, peu usité en France, et sur le caractère duquel nous ne possédons presque rien. Sidonie (de Sidon qui signifie « qui enchante ») n'est plus guère attribué de nos jours. Il donne cependant un bon jugement, des qualités pratiques, de l'initiative & de l'équilibre, toutes qualités précieuses à notre époque. Douées d'une bonne conscience professionnelles elles sont aimables mais tiennent à être considérées selon leurs mérites qu'elles estiment à leur juste valeur. Affectueuses, franches, fidèles, elles font de très bonnes épouses & des mères de famille dévouées. Simples dans leurs goûts, peut-on leur reprocher au regard de leurs belles qualités, leur manque d'intérêt pour les spéculations intellectuelles.

St Sidoine, Irlandais, fut attiré à Jumièges par la renommée de St Philibert. Il fut un conseiller écouté, et mourut après 684.

  15 Novembre : Victoire * Albert *

Le prénom de Victoire très à la mode au siècle dernier, n'est plus guère en usage actuellement. Il donne à celles qui le portent, une grande activité et des qualités de bonne ménagère & d'organisation. Elles savent faire face à l'adversité et soutiennent leur entourage leur entourage par leur gaité. Pratiques logiques, leur bon sens les aide à se tirer d'affaire dans les situations les plus difficiles. Elles ont une grande générosité de coeur, adorent les petits enfants qu'elles gâtent pour jouir de leur joie. Très attachées à leur passé, elles n'oublient jamais un service rendu. D'après la légende, Ste Victoire vainquit un dragon, en dominant sa peur.

On peut la prier ou l'invoquer dans les cas de grande tentation, lorsqu'on doit dominer le dragon du mal, et faire triompher le bien.

  16 Novembre : Gertrude * Omar

Les femmes qui portent le prénom de Gertrude sont douées de courage & de sagesse. Elles sont vraiment des gardiennes du foyer, savent, grâce à leur bon sens gérer les intérêts de la famille, et par leur bienveillance créer autour d'elles une atmosphère de paix & de joie. Elles partent du principe que : prévoir, c'est gouverner, et c'est dans ce sens qu'elles agissent. Elles n'apprécient pas toujours l'imprévu, mais savent y faire face. Elles adorent bien tenir leur maison, c'est sans doute pour cela qu'on invoque la protection de Ste Gertrude contre rats, souris, mulots et parasites indésirables.

Ste Gertrude la grande, est née en Allemagne en 1256. C'était une moniale cultivée, experte en miniatures – elle a laissé des écrits dont les « révélations », qui expriment une grande lumière intérieure. Elle meurt un 17 Novembre vers 1302.

St Omar abbé du monastère de St Gall (Suisse) vers 720, transforme l'ermitage fondé par St Gall en monastère bénédictin. Il lui arrivait souvent de donner touts ses habits aux pauvres et d'arriver nu au couvent.

  17 Novembre : Elisabeth.

Les Elisabeth sont intelligentes, créatrices, qui aiment aller jusqu'au bout de leurs entreprises. Cela ne les empêche pas de garder la part de rêve qui leur est nécessaire, car elles retrouvent leur équilibre dans l'évasion et l'inspiration. Ce sont de très bonnes mères de famille mais comme elles ont besoin de voir grand, la direction de groupes de jeunes, ou de collectivités à base sociale leur convient parfaitement. Elles aiment et font montre de sagesse & d'équité. Jeunes, elles ont horreur du flirt et n'accueillent que des propositions d 'épousailles.

Ste Elisabeth née en Hongrie en 1207 épousa Louis IV de Thuringe et lui donna 3 enfants. Après son veuvage en 1226, elle se consacre au service des pauvres et meurt à Mardurg (Allemagne) le 17 Novembre 1231.



23/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres