* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Quelle est notre capacité d’écoute ?

   Evaluons les difficultés de recevoir l’autre, c’est-à-dire d’écouter, lorsque nous ne sommes pas nous-même, c’est-à-dire lorsque notre égo prend le dessus et que nous nous retrouvons dans des peurs pour nous-même.

 

Lorsque votre blessure de rejet est activée, vous n’écoutez plus. Vous semblez écouter, mais vous fixez l’autre sans le voir ou l’entendre. Vous pouvez même finir par paniquer et marmonner quelque chose avant de prendre la fuite. Ou bien si on vous parle d’un sujet qui vous semble  menaçant, vous changez de sujet. Vous ne répondez pas vraiment à la question que l’on vous pose. Vous avez de la difficulté à regarder l’autre dans les yeux quand vous écoutez. Vous êtes souvent occupé à vous créer vos propres scénarios mentalement pendant que l’autre vous parle.

 

Quand votre blessure d’abandon se déclenche, vous êtes porté à couper la parole à l’autre et à ramener le sujet à vous. Vous aimez tellement parler des drames dans votre vie que votre capacité d’écoute devient très faible. Vous cherchez sans cesse l’attention des autres, vous voulez qu’ils vous parlent, mais ils n’ont pas l’occasion de parler longtemps.

 

Lorsque votre blessure d’humiliation s’éveille, vous voulez tellement aider l’autre que vous essayez de minimiser ce qui lui arrive. Vous leur offrez de l’aide avant même qu’ils ne vous en demandent. Vous avez de la difficulté à laisser parler l’autre de ce qu’il ressent et à demeurer objectif. Si quelqu’un vous demande ce que vous vivez, au lieu de lui répondre, vous avez le don de retourner la conversation sur l’autre.

 

Quand votre blessure de trahison est activée, vous coupez la parole rapidement, car vous sautez aux conclusions avant d’avoir laissé l’autre terminer. Vous croyez avoir tout compris alors que ce n’est pas le cas. Vous avez de la difficulté à terminer une communication, car vous voulez avoir le dernier mot à tout prix et surtout avoir raison. Au lieu d’écouter ce que l’autre a à dire, vous êtes plus occupé à le convaincre de votre façon de penser. Vous faites aussi la même chose avec une demande de quelqu’un d’autre si vous n’êtes pas d’accord. Vous aimez bien être la vedette au cours d’une conversation.

 

Lorsque votre blessure d’injustice se déclenche, vous êtes plus occupé à écouter si ce que l’autre dit est juste. Si vous vous rendez compte qu’il manque un détail, vous guettez le moment où vous pourrez interrompre pour l’ajouter ou pour vous informer sur ce qui manque. Vous avez la critique facile, ce qui vous fait écouter davantage ce qui se passe dans votre tête plutôt que d’écouter l’autre. Lorsque l’autre vous parle de ses sentiments, vous vous arrangez pour changer le sujet le plus possible en posant des questions sur des détails plus physiques.

 

Il nous est donc  conseillé de réviser notre façon de transmettre & de recevoir autant dans notre vie professionnelle que notre vie personnelle. Quelles blessures sont activées avec ces personnes ? Rien ne nous empêche de vérifier avec elles pour comparer si elles nous voient de la même façon que nous-même.

 

Si nous voulons avoir de meilleures relations dans notre vie, nous devons nous demander ce que nous devons faire une fois que nous avons réalisé qu’un changement s’impose dans notre façon de communiquer...



24/02/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres