* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Le meilleur garant d’une morale austère.

   Mal-aimé, le noir fut pourtant largement utilisé dès le Moyen Age, via cette extraordinaire découverte que fut l’imprimerie.

Dès le XVI e siècle, moment où livres & gravures connurent un formidable essor, l’imaginaire se joua en noir & blanc.

 

Ce rayonnement intervint au moment où émergeait une toute nouvelle morale chrétienne, emmenée par Luther et Calvin. Insensiblement baignés par cette culture en noir & blanc, les protestants adoptèrent d’emblée ces couleurs et construisirent tout un réseau de symboles autour du blanc, du noir et du gris.

 

Ils bannirent les autres couleurs (notamment le rouge, image de la sensualité) et privilégièrent le sombre, garant d’une éthique, d’une morale toute empreinte d’austérité.

 

Cette nouvelle règle du jeu influença durablement l’avenir puisque les pays empreints de protestantisme furent également ceux où se développèrent la révolution industrielle, berceau du capitalisme.

Ainsi, la bourgeoisie du XIXe siècle se reconnut dans le port de costumes sombres, rehaussés par l’éclat d’une chemise blanche (les fameux smokings).

 

Envahissant le domaine du vêtement, cette valeur bourgeoise joua de son influence dans bien d’autres types de créations.

 

Symbole de notre société industrielle, la voiture se déclina durant près de 50 ans… uniquement en noir ! Henri FORD, créateur de la marque américaine, refusait que sorte de ses chaînes de montage une seule voiture qui ne soit pas noire… La couleur idéale des citoyens vertueux, chrétiens convaincus...



26/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres