* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Les affirmations.

   Dans la réalité, est-il possible de contrôler ses pensées ? Il est malaisé de modifier des pensées négatives. A la suite d’un vécu insatisfaisant nous sommes parfois « infestés » par des pensées réductrices qui remontent de notre subconscient.

 

Il est recommandé de « travailler » sur les blocages émotionnels qui sont liés à ces expériences antérieures malheureuses. Ce travail peut s’effectuer par la pratique de techniques spécifiques.

 

Lorsque le contenu affectif négatif lié à ces situations aura réussi à se dissoudre suffisamment, ces remontées négatives, sources de nos maux, cesseront d’exister et notre santé sera grandement améliorée.

 

Mais ce travail n’apporte pas systématiquement un mental positif définitivement. Il se produit ra parfois des sortes de « résurgences » des pensées parasitaires. Si celles-ci reviennent. Il faut absolument éviter de les refouler vers le subconscient. Il faut les visualiser dans le champ du conscient pour les détruire en appliquant une technique appelée « affirmation ».

 

   Cette pratique consiste à formuler une pensée positive consciente antagoniste à celle qui resurgit. Le résultat obtenu en utilisant les affirmations positives dépendra du « nettoyage » des problèmes, préalablement effectué, mais il n’en reste pas moins qu’une application assidue de formulations sera d’une grande efficacité.

 

Nous sommes le résultat final de nos pensées. Nous pouvons en créer des milliers journellement. Ces pensées sont fondées sur nos expériences antérieures. Et, à tout moment, nous cherchons à les rendre compatibles avec l’ensemble des valeurs que nous estimions et qui représentent notre patrimoine culturel.

 

Nos choix présents dépendent donc de nos connaissances passées. Modifier le parasitage des pensées négatives implique donc de réviser aussi nos valeurs culturelles. Ce n’est qu’après que les affirmations seront bénéfiques.

 

La transformation personnelle devient une nécessité lorsque nous prenons conscience que notre fonctionnement mental ou physique est défectueux. Cette reconstruction doit nous conduire vers des objectifs de vie que nous devons nous fixer préalablement en accord avec nos possibilités d’évaluation.

 

Il existe différentes procédures de travail sur soi. On peut par exemple effectuer un travail interne sur la pensée, sans verbalisation extérieure. Cette pratique peut être utilisée pour effectuer des affirmations silencieuses en tous lieux et en toutes circonstances.

 

Ensuite, dans un milieu protégé, il est possible de parler, de préférence en verbalisation simulée. Ce qui permet d’évacuer beaucoup de négatif afin de reconstruire la pensée positive par les affirmations.

 

Celles –ci sont constituées par les créations de pensées positives effectuées dans le champ du mental conscient et maintenues suffisamment longtemps pour obtenir les résultats souhaités.

Ces affirmations peuvent être rédigées, répétitivement, au moins une fois par jour. On peut également les dire à voix haute et les répéter au cours de la journée. Il existe plusieurs types d’affirmations.

 

Voici quelques exemples :

 

   Les affirmations de valorisation.

 

Ces affirmations sont parfois difficiles à émettre. Mais lorsqu’elles « sortent », les personnes qui les utilisent sont souvent « métamorphosées » :

 

Moi, (votre prénom), je me plais à moi-même.

Moi, (…………….), je plais aux autres.

Moi, (…………….), je me trouve intelligent (e).

Moi, (…………….), je mérite la confiance des autres.

 

Les affirmations d’affection.

 

Egalement difficiles à énoncer, elles deviennent par la suite extrêmement gratifiantes.

 

Moi, (votre prénom), je m’aime.

Moi, (…………….), je suis digne d’être aimé (e)

Moi, (…………….), je plais à …

Moi, (…………….) j’aime…

Moi, (…………….), je suis attirant (e)

 

Les affirmations d’existence.

 

Certaines de ces affirmations ne s’admettent pas aisément et nécessitent parfois un effort soutenu :

 

Moi, (votre prénom), j’ai le droit d’exister.

Moi, (……………..), j’ai le droit de m’autodéterminer.

Moi, (……………..), j’ai le droit de dire NON aux autres sans les blesser.

Moi, (……………..), je n’ai plus la nécessité de me protéger continuellement.

 

Il est toujours possible de créer de nouvelles affirmations, adaptées à chaque cas particulier. Leur mise en œuvre est facilitée lorsqu’un cycle de respirations continues, (à venir) comportant une douzaine de séances, a été effectué...



31/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 398 autres membres