* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Nos animaux ont-ils un 6e sens ?

                                                   


        Depuis les débuts de l'Histoire de la civilisation, des histoires émouvantes & étonnantes mettent en scène des animaux, le plus souvent familiers, mais aussi sauvages, aux étonnantes facultés. Aujourd'hui, alors que l'on a commencé à analyser le génome, on ne peut pas toujours expliquer comment un chat peut franchir des dizaines de kms pour retrouver ses maîtres, pourquoi un chien hurle à la mort au moment où son propriétaire décède, comment les oiseaux migrateurs peuvent frayer leur chemin à travers des contrées inconnues ni enfant comment certains animaux savent s'ils vont mourir…

 

Faute de mieux, on regroupe ces facultés hors normes, que l'homme ne possède pas, sous le terme de 6e sens, ce qui stimule la curiosité des chercheurs et contribue à toucher au cœur tous ceux qui aiment les animaux et ont du respect pour eux. Déjà, au XIe siècle, Bernard de Clairvaux, fondateur de l'ordre cistercien, cité en exergue par le célèbre vétérinaire, Philippe de Wailly dans son livre,

 

« le sixième sens des animaux »

 

disait, en marge de certaines affirmations de l'Eglise :

 

« Je crois que dans cette vie même, si vous êtes attentifs, l'Homme vous paraîtra inférieur aux Animaux. N'estimez-vous pas que l'Homme, doué de raison, ne vit pas selon sa Raison ? Il est donc plus bestial que les bêtes ! »  Céline Devaux

 

  Des facultés que l'homme ne

                                 possèdent pas

 

Les témoignages sont trop nombreux aujourd'hui pour nier que les animaux communiquent avec nous où reçoivent des messages à un niveau que nous ne percevons pas. L'instinct n'explique pas tout, précise P. de Wailly, tout se passe plutôt comme si les animaux avaient la connaissance de faits qui nous échappent.

 

C'est le cas de ces chiens qui, devant une personne apparemment bienveillante, grondent et montrent les dents ; par la suite on découvre la véritable personnalité de l'individu, que l'animal, lui, avait perçue immédiatement.

 

Comment expliquer le comportement de ce chien dans une histoire complètement avérée ?

 

Un agriculteur travaille dans son hangar, son chien vient le tirer par le bas de son pantalon en gémissant. Il le chasse, voulant continuer son travail. Ce n'est que devant l'insistance de l'animal qu'il finit par le suivre au-dehors. Quelques  secondes après, une énorme poutre tombe à la place où se tenait l'agriculteur. On est donc bel et bien devant une prémonition, dont on ne peut évidemment expliquer le fonctionnement.

 

Impossible également d'expliquer comment un chien ou un chat peut retrouver ses maîtres dans un lieu où il n'est jamais allé et à une distance où les simples organes des sens ne leur sont d'aucun secours, si ce n'est pour survivre au long de la  route.

 

Il est tentant d'attribuer aux seuls sens ces facultés étonnantes des animaux, d'autant qu'ils possèdent, on le sait, des organes tellement plus puissants que les nôtres. L'odorat tout d'abord.

 

Celui du chien est 1000 fois plus développé, et un chercheur américain affirme même qu'il l'est 10 fois plus. Alors, si le chien peut détecter des phéromones, signaux olfactifs sécrétés par une femelle en chaleur, à des kms de distance, ne peut-il aussi suivre ainsi la trace de ses maîtres ?

 

Hypothèse qui, évidemment, tombe dans les cas -nombreux- où lesdits maîtres se trouvent, par exemple, à 1000 kms de là.

 

  Un 6e sens ?

 

Nous sommes presque sourds aux ultrasons. Le dauphin, lui, en capte 10 000 fois plus que nous, à une distance 5 fois plus grande. L'abeille perçoit les ultraviolets, un crotale discerne une différence de température de 0.003°, un loup repère ses congénères à au moins 30 kms. Ce sont là des facultés surprenantes, qui dépassent les nôtres, mais qui n'expliquent pas tout.

 

Il en est de même pour les facultés qu'ont les oiseaux migrateurs de tracer leur route dans le ciel avec une précision étonnante, alors que les jeunes de l'année ne l'ont jamais parcourue.

 

Ces facultés de perception, on les découvre peu à peu et elles sont reconnues sur le plan scientifique.

 

On connaît maintenant les récepteurs à ultrasons des papillons qui leur permettent parfois d'échapper aux chauves-souris en chasse.

Certains parviennent même à émettre une sorte de brouillage à ultrasons. Encore plus étonnants, les martinets, ces petits oiseaux de 55 gr. se réunissent au printemps, par milliers, en poussant des cris stridents. Ils accomplissent sans se poser, des voyages de plusieurs années.

 

   Le Guiness Book of Animal Record cite le cas d'un martinet qui aurait parcouru 500 000 kms en 2 ans sans jamais se poser. Les martinets dorment en vol. Tout en volant, ils muent, renouvellent tout leur plumage et montent parfois jusqu'à 2000 mètres.

 

Après 9 mois de séparation, les couples se retrouvent, en Europe, au printemps. Comment dont-ils ?

 

Un éthologiste, Boris Cyrulnik, a écrit que ces phénomènes de migration ressortent de multiples disciplines, neurophysiologiques, endocrinologie, psychologie, mathématiques, etc., mais on peut aussi, tout simplement rattacher ces stupéfiantes facultés à un 6e sens, peut-être plus complexe que les cinq que nous connaissons, ou encore se situant à un autre niveau.

 

   Le psy-trailing, une

                        communication immatérielle.

 

Le Pr Vassiliev a établi un lien radio-biologique entre l'animal & ses maîtres, affirmant l'existence d'un  6e sens permettant leur réalisation. Des chercheurs américains se sont orientés vers la télépathie. Ils pensent qu'il s'agit d'une transmission de pensée guidant les animaux à travers la distance & les obstacles divers.

Ils ont baptisé cette hypothèse psy-trailing, ce qui signifie « pistage mental ».

 

P. de Wailly reconnaît qu'à ce jour on n'a pas pu étayer cette hypothèse de preuves scientifiques. Ce qui n'empêche pas d'affirmer l'existence de ce 6e sens des animaux, en particulier  des animaux familiers qui, dit-il, « malgré leur domestication, demeurent plus proches que nous de la nature, plus sensibles aux forces extrasensorielles qui nous échappent. »

 

Et de citer Jean Rostand :

 

« Le mystère propre à l'humain est modique auprès du mystère massif de l'animalité... »

 

  La transmission mentale.

 

L'hypothèse de la transmission mentale fut étudiée par un physiologiste russe, V.M. Betcherev, qui affirmait qu'il pouvait mentalement donner des ordres à son chien.

 

Le biologiste américain Helmut Schmidt a poursuivi les recherches dans ce sens, avec des résultats expérimentaux troublants, mettant notamment en évidence des manifestations de psychokinésie chez le chat.

 

Le cas de Minouchet, le chat angora noir recueilli à 6 mois par Danielle Bertin, réalisatrice de T.V., est un exemple convaincant.

 

Un beau jour, il disparaît. On le cherche en vain. Plus tard, sa maîtresse croit entendre une plainte. Quelques jours après elle a une vision de lui dans une sorte de puits. Cette vision la pousse à le chercher dans les environs, mais pas de puits.

 

Encore quelques jours et elle le voit, implorant & flou, derrière la porte du jardin. Mue par une force inconnue, elle va trouver des déménageurs dans une maison voisine et leur demande s'ils n'ont pas vu un chat...

 

Ils l'avaient vu et Minouchet était bel et bien tombé dans un puits. Quelques années plus tard, Minouchet avertira par télépathie sa maîtresse qu'il est en danger : il s'est pendu avec sa laisse et sera sauvé à temps...

 

Et Danielle Bertin affirme que, atteinte d'une grave maladie, son chat l'a soutenue mentalement jusqu'à sa guérison…



11/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres