COULEURS-DE-LA-VIE

COULEURS-DE-LA-VIE

Un sens à cette vie ?

chemin de la colombe.jpg

 

 

S’il y a un Dieu, il est caché, il est ailleurs, il est hors du temps, il n’obéit pas à nos lois et nous ne pouvons rien dire de lui. Nous ne pouvons décréter ni qu’il existe ni qu’il n’existe pas. Nous avons seulement le droit d’espérer qu’il existe.

 

S’il n’existe pas, notre monde est absurde.

S’il existe, mourir devient une fête et la vie, un mystère. Je préfère, de loin, le mystère à l’absurde.

 

J’ai même un faible pour le secret, pour l’énigme, pour un mystère dont la clé nous serait donnée quand nous serons sortis de ce temps qui est notre prison.

 

Kant parle quelque part d’une hirondelle qui s’imagine qu’elle volerait mieux si l’air ne la gênait pas. Il n’est pas impossible que le temps soit pour nous ce que l’air est pour l’hirondelle.

 

Tant pis ! Je prends le risque. Si tout n’est que néant, si les portes de la nuit s’ouvrent et que derrière il n’y a rien, être déçu par ma mort est le dernier de mes soucis puisque je ne serai plus là et que je n’en saurai rien. J’aurai vécu dans un rêve qui m’aura rendu heureux. Je m’amuse de cette vie qui se réduit à presque rien s’il en existe une autre.

 

Les malheurs, trop réels, les ambitions, les échecs, les grands desseins, et les passions elles-mêmes si douloureuses et si belles, changent un peu de couleurs. Avec souvent quelques larmes, je me mets à rire de presque tout.

 

Les imbéciles et les méchants ont perdu leur venin. Pour un peu, je les aimerais.

 

Une espèce de joie m’envahit. Je n’ai plus peur de la mort puisqu’il n’est pas interdit d’en attendre une surprise. Je remercie je ne sais qui de m’avoir jeté dans une histoire dont je ne comprends pas grand-chose mais que je lis comme un roman difficile à quitter et que j’aurai beaucoup aimé.

 

J’ignore s’il y a un Dieu ailleurs, autre chose après la mort, un sens à cette vie et à l’éternité, mais je fais comme si ces promesses étaient déjà tenues et ces espérances, réalisées.

 

Et je souhaite avec confiance qu’une puissance inconnue veille, de très loin, mais beaucoup mieux que nous, sur ce monde et sur moi …

 

Jean d’Ormesson



08/05/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 496 autres membres