COULEURS-DE-LA-VIE

COULEURS-DE-LA-VIE

Une nouvelle arnaque fait des ravages

67 ANS ET VOITURE DE SOCIETE.jpg

 

Une nouvelle arnaque fait des ravages :

 

des voleurs se font passer pour le fisc et vident des comptes bancaires

 

 Hugo Franceschi - JDN - le 18/05/24

 

Le fisc donne alerte : une vague d'escroqueries est en cours

depuis plusieurs jours.

 

Depuis le 11 avril dernier, des millions de contribuables sont appelés à remplir leur déclaration de revenus. Pour ce faire, la plupart accèdent au site internet de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) :  impots.gouv.fr.

 

Cependant, depuis quelques jours le site des impôts a légèrement changé.

Un encadré attirant l'attention des internautes y a fait son apparition. Il alerte les contribuables sur de nombreuses fraudes réalisées actuellement par des escrocs usurpant l'identité de  la DGFIP dans le but de siphonner les comptes bancaires de nombreux contribuables. Les voleurs opèrent toujours et usent de stratagèmes redoutables.

 

Ces arnaqueurs n'hésitent pas à proférer des menaces pour susciter la panique chez leurs victimes. Ils envoient de fausses notifications de remboursement suite à un prétendu bilan de situation fiscale, ou au contraire, exigent le paiement d'arriérés d'impôts en accusant le destinataire de fraude fiscale. Ils brandissent la menace d'huissiers, de forces de l'ordre, de lourdes amendes, voire de peines de prison. L'objectif est toujours le même : soutirer de l'argent et obtenir les données bancaires des contribuables.

 

Une des techniques employées consiste à envoyer des SMS signalant un défaut de paiement ou demandant des coordonnées bancaires. L'objectif est d'inciter les victimes de l'arnaque à cliquer sur un lien orientant vers des sites ressemblant presque en tout point à la celui de la DGFIP. La confusion est garantie. Toutefois, l'administration fiscale affirme ne jamais envoyer ce genre de SMS. En cas de doute, il est recommandé de contacter le service concerné par un autre moyen : compte personnel en ligne, courriel ou téléphone.

 

Une autre arnaque passe par l'envoi de courriels malveillants, promettant un remboursement après un faux bilan fiscal ou au contraire réclamant le paiement d'arriérés en accusant de fraude. Bien imités avec entêtes officiels, fausses signatures et tampons, ils invitent à remplir des formulaires en ligne. L'administration fiscale assure ne jamais procéder ainsi sans passer par l'espace authentifié du contribuable.

 

Pour débusquer ces mails frauduleux, il faut être attentif à l'adresse de l'expéditeur. Seules celles se terminant par @dgfip.finances.gouv.fr et renvoyant vers des sites en .gouv.fr sont officielles. Toute autre est révélatrice d'une escroquerie.

 

"Je discutais avec lui sur Facebook, c'était un agent du fisc" : gare au contrôle fiscal avec cette nouvelle méthode des impôts

 

Enfin, les escrocs peuvent également tenter de convaincre les victimes d'appeler des numéros surtaxés commençant par 0899 ou 0891, prétendument pour joindre les centres des Finances Publiques. Il s'agit en réalité de numéros frauduleux. La DGFIP rappelle que pour obtenir des renseignements, il faut utiliser soit les numéros ordinaires des centres locaux , soit le numéro unique, non surtaxé, 0809 401 401. 



18/05/2024
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 496 autres membres