* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Dr Hamer : la maladie est une alternative du cerveau. (2)

Dr Hamer : la maladie est une alternative du cerveau. (2)

 

  C'est au Dr Sabbah, de Marseille, que revient la meilleure compréhension des mécanismes biologiques de la Médecine dite Nouvelle du Dr Hamer.

Pour ce médecin, le cancer est une adaptation de survie du cerveau. La maladie est le meilleur programme de survie lors d'un conflit mettant en danger l'intégrité physique & psychique d'un individu.

 

 Ainsi, lors d'un conflit, quel qu'il soit, l'individu va tenter de solutionner par une action pratique ou intellectuelle. Dès que la solution ne peut être découverte par une de ces actions et que le stress du conflit menace de perturber l'organisme, le cerveau va immédiatement mettre en oeuvre une alternative, une solution à la situation.

Par exemple : Je n'arrive pas à supporter (digérer) mon chef de bureau. Si je n'ai pas de solution pratique pour fuir ou combattre cette situation et si je n'arrive pas à m'en détacher émotionnellement ; mon cerveau souhaite m'aider à détruire cette situation en envoyant de l'acide dans le duodénum. Mon cerveau biologique et instinctif est persuadé dissoudre la situation intolérable de cette façon car il ne sait pasque la personne se trouve à l'extérieur puisque, pour lui, le stress se trouve à l'intérieur. Le cerveau ne peut agir que sur les cellules constitutives du corps dont il a la charge.

 Lors d'un conflit aigu, dramatique et inattendu, l'individu n'a pas le temps de penser et c'est le programme se survie biologique qui va fonctionner. Il s'agit d'un réflexe d'urgence qui ne doit être que momentané.

 Si, entre temps, aucune solution n'a été actualisée, ce qui était une aide devient rapidement une entrave et crée l'apparition de la gravité de la maladie ou sa chronicité si la situation n'est pas aiguë.

Par exemple : Un animal affamé a avalé trop rapidement un os qui bloque le fonctionnement de son estomac. Cet animal va mourir car il n'y a pas de chirurgien pour l'opérer. Immédiatement son cerveau va tenter de dissoudre l'os en créant en grande quantité une masse (des milliards) de cellules hyper-spécialisées. Si un cancérologue effectue un prélèvement de ces cellules, il constatera qu'il s'agit de cellules cancéreuses.

Les cellules adéno-carcinomateuses ont un pouvoir de digestion supérieur aux cellules normales. Quelle ironie !

Si la tumeur arrive à désagréger suffisamment l'os, l'organisme va ensuite l'évacuer, avec du sang & des morceaux de la tumeur, par les voies digestives.

 Evidemment, le danger apparaît lorsque la personne ne sort pas de son conflit. Le cerveau envoie sans discontinuer la solution car il est programmé biologiquement pour cela. Il ne réfléchit pas, c'est un instinct de survie qu'il perpétue.



08/08/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres