* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Halloween : symboles & folklore…

  1 Français sur 3 fête Halloween…

 

La Grande Parade du 1er Novembre talonne désormais Pâques et la fête des mères au box-office des célébrations familiales.

Le Comité protestant pour la dignité humaine dénonce à ce propos une « véritable renaissance à des croyances druidiques »

 

La baguette 

 

Les druides, les rois mages, les rebouteux : tous mènent le monde à la baguette, reliquat des anciens cultes de l'arbre. Le caducée des médecins dérive du bâton d'Asclépios, le dieu guérisseur de l'Antiquité. Les hérauts du Moyen Age arborent aussi cet insigne du pouvoir souverain…et surhumain.

 

Le chapeau.

 

Pointu, il évoque la couronne royale et la mitre. Symbole de pouvoir spirituel et temporel, on le retrouve en Perse sur la tête du Grand Roi, en Inde sur le front des dieux, en Chine sur la tête des mandarins ou des nomades indo-aryens qui rôdaient dans la steppe voici 3000 ans.

 

La formule magique.

 

« Abracadabra » vient de l'hébreu abreg ad hâbra (« envoie ta foudre jusqu'à la mort »). Depuis le Moyen Age, celui qui porte la formule sur un billet glissé dans ses habits se met en accord avec les forces de l'Univers. A moins qu'il ne rencontre le diable, qu'on prétend attiré par ce mot mystérieux.

 

Le balai.

 

Cher à Potter est… un imposteur ! Au Moyen Age, les sorcières préféraient enfourcher fourches & battoirs de barattes, la veille de la St-Jean ou les nuits de Walpurgis. Pour les chasser, les paysans agitaient des balais enflammés.

 

Le chaudron des Celtes évoquait une corne d'abondance dispensant une nourriture spirituelle. Ancêtre du St-Graal, il prépare à la naissance d'un être nouveau. A l'école des sorciers de J. K. Rowling, il accompagne le passage de l'adolescence à l'état d'adulte.

 

La chouette, consacrée à la déesse Athéna par les Grecs, symbolise la sagesse & la méditation. Attribut des devins, elle incarne aussi l'alchimie, la mort & les forces de l'inconscient, d'où sa réputation d'oiseau maléfique. Dans l'Univers de Harry Potter, son cousin le hibou fait office de postier.

 

  LES GNOMES. En grec, gnômé évoque l'intelligence & la connaissance. Génies souterrains, ils détiennent le secret de la transformation des métaux. Emissaires du dieu grec Hermès, dont ils arborent le bonnet pointu, ils tiennent compagnie aux ermites, car ils ne parlent pas.

 

LES FEES. Leur nom vient de Fata, la destinée. Fadas provençaux & Fadettes gasconnes en sont les descendants directs. Dans la mythologie celte, les fées, ou « femmes des tertres », sont les héritières de la déesse Dana, christianisée sous l'aspect de Ste Anne.

 

LES LUTINS. Apparentés aux korrigans bretons, aux brownies anglais, aux domoviyes russes, ce sont des génies domestiques, à l'instar des Lares étrusques. Gare à celui qui les vexe ! Leur vengeance est terrible.

 

LE DRAGON. Dans toutes les religions, il évoque l'énergie primordiale, impossible à canaliser. Assimilé au serpent tentateur de la Genèse, il est le gardien des trésors cachés, dont l'immortalité. La Tarasque, qui dévorait les imprudents sur les rives du Rhône, fut domptée par Ste Marthe au 1er siècle… avec de l'eau bénite et un crucifix.

 

LE LOUP-GAROU. Au Moyen Age, les sorciers se changent en loups en se frottant le corps avec de la graisse de nouveau-né, et les sorcières se parent de jarretelles en peau de loup ! Les devins étrusques portaient déjà une telle dépouille. Ces sarabandes évoquent la transe du chaman, le loup-garou étant peut-être le double diabolisé des prêtres des religions primitives.

 

LA VOUIVRE. Mi-femme, mi-serpent, condamnée à expier les crimes de sa vie humaine, elle possède rivé au front, un rubis qui suscite la convoitise des hommes. Là encore, son 'trésor » est l'immortalité.

 

LES NAINS. Ils ont inculqué le travail du fer aux premiers hommes et forgé l'anneau de Nibelungen. En Bretagne, leur chef, Gwioi, est le gardien d'un calice mystique, le Saint-Graal.

 

LE MATAGOT. C'est un chat-sorcier, une bête devenue maléfique au terme de 7 vies et 7 morts successives. Au service d'un sorcier ayant passé un pacte avec Satan, le matagot fait la fortune de son maître en lui apportant des pièces d'or.

 

L'OGRE. En Europe orientale, il est assimilé aux Huns, Oïgours & Hongrois : on dit que ces peuples dévorent le cœur de leurs ennemis. L'étymologie est à situer du côté de l'Orcus romain, divinité infernale qui finit par désigner la Mort elle-même. Chez les Gaulois, il s'incarne en Orgos, dieu dévorateur des défunts.

 

LE HUPEUR. Cet oiseau change d'aspect pour duper ses victimes. Son chant évoquant celui des sirènes antiques les attire dans les marécages. 



13/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres