* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

La Thyroïde malade du stress. (1)

  

rouge gorge.jpg
Si les surrénales sont plus facilement reconnues comme glandes chargées de gérer le stress, avec libération d’adrénaline & de cortisol, il ne faut pas négliger l'’important travail fourni par la glande thyroïde.

Bouclier défensif, élément de la défense immunitaire au même titre que le thymus, la thyroïde supporte les affres de notre mode de vie actuel.

 

La Thyroïde est une petite glande située au devant de la trachée, en forme de papillon ou de « H » majuscule. Chacune des extrémités du « H » supporte des 4 parathyroïdes, responsables de la gestion du calcium.

 

La Thyroïde se superpose au chakra laryngée qui dessert la thyroïde en énergie vitale. S'’il est « grippé », le travail de la thyroïde est perturbé. Si l'énergie y est concentrée sans pouvoir se distribuer aux zones avoisinantes, la thyroïde peut s'emballer : c’est l'hyperthyroïdie.

 

Inversement, si elle manque d’'énergie vitale, ses fonctions perdent de leur efficacité : c'est l'’hypothyroïdie.

 

Le chakra laryngé est celui de la volonté, de faire. C'est celui de la prise des décisions, de la localisation des angoisses, des angines, celui de la verbalisation des pensées (les cordes vocales ne sont pas très loin). Pas étonnant si les troubles thyroïdiens sont en résonance avec les troubles des gonades (ovaires, testicules), qui sont les glandes de la (pro) création. Le chakra laryngé est directement lié au chakra sacré…d’ où l'expression populaire « avoir les boules ». Lorsqu'on les a dans la gorge, elles fonctionnent moins bien que dans la région sacrée. …Les pouvoirs de procréation en subissent les conséquences. Mais revenons au cou.

 

Un véritable bouclier.

 

En cas d'attaque, nous nous abritons derrière un bouclier. C'est le rôle de la thyroïde que de parer les agressions, tout ce qui nous prend à la gorge : émotions, peurs, chagrins….

 

La thyroïde est un bouclier qui peut servir à aller de l’'avant, à la manière des Romains qui réunissaient leurs boucliers en forme de « tortue » pour aller à l'assaut. Mais « tant va le bouclier à l'assaut, qu’'à la fin il se casse ». En effet, si nous fonctionnons en permanence en mode d'attaque, la thyroïde se met en mode d'hyper-fonctionnement. De l'hyperthyroïdie à l'hypothyroïdie, il n'’y a qu'’un pas que l’'on franchit sans s'en rendre compte.

 

L'hyperthyroïdie. * Emportée par la « foule » qui m'entraîne…*

 

C'est une affection fonctionnelle à prédominance féminine. Il s'agit d'’un emballement de la thyroïde dû à un stress ancien & durable, induit par le mode de vie, la surcharge de travail et surtout de responsabilités dont la plupart des femmes se sont laissées mettre sur le dos, soit par obligation, soit par choix de vie.

 

Les causes de l'hyperthyroïdie sont souvent en relation avec des chocs psycho-émotionnels : remontant quelquefois à la petite enfance, (viols & incestes, peur d'être abandonné, angoisses de n'être pas reconnu, aimé par ses parents, accident si l'on a failli laisser la vie, déni de soi, dévalorisation par le milieu éducatif ou parental)…

 

 

L'individu a tendance à réagir pour prouver qu'’il est bien là, qu'il existe et « vaut la peine ». Et il s'en donne tant qu'il plonge en mode hyper-thyroïdien.

 

Les  signes de l'hyperthyroïdie se reconnaissent à  : perte de poids sensible, parfois majeur, gonflement des paupières : on parle d’exophtalmie. Petit à petit, un goitre au niveau d'un ou 2 lobes de la thyroïde apparaît au niveau du cou. Le comportement général est modifié : fatigue permanente ou cyclique, nervosité, agressivité, réactivité émotionnelle à fleur de peau. Cette fatigue reçoit comme réponse un « cravachage », car « il ne faut pas s'écouter ». Cette expression caractérise parfaitement le comportement de l'’hyper-thyroïdien, qualifié de « speed » ou, en bon français, d’'hyperactif chronique. Le sujet est en hyperthyroïdie ne peut pas rester en place, il est capable de se laisser engloutir par une masse de travail et l’'accepter comme une véritable drogue. Il n'’écoute pas son corps ni ses besoins de repos. Il est sous la domination des contraintes psychiques qu'’il se donne.

 

L'hyperthyroïdie s'accompagne d'autres désordres hormonaux comme les troubles des règles, de la digestion, et de perturbation cardiaque : tachycardie, hypertension artérielle… Le métabolisme de base s’'emballe et cause un amaigrissement qui paraît incompréhensible étant donné qu'’on constate souvent une fringale « pour tenir le coup ». Tous ces signes sont les symptômes connus de la maladie de Basedow.

 

La médecine  a tendance à considérer la maladie de Basedow comme une maladie auto-immune car l’'hyper-fonctionnement de la thyroïde se retourne contre elle-même. Des anticorps anti-thyroïdiens sont retrouvés dans le sang.

 

Le traitement médical couramment utilisé consiste en l'administration d'hormones antithyroïdiennes de synthèse destinées à bloquer la production de thyroxine afin d’obliger l'organisme à ralentir…. Il est utile de rappeler qu'avec du repos, on pourrait aboutir au même résultat ! Ces traitements ne sont pas sans effets secondaires : intolérances digestives, réactions cutanées et un risque majeur d'hypothyroïdie réactionnelle.



23/10/2007
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres