* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Le foie.

        Les problèmes hépatiques sont aussi, bien entendu, le signe qu’il nous est difficile de « digérer » quelque chose dans notre vie, mais avec une nuance plus fine que l’estomac.

 

L’émotion principale qui est associée au foie est la colère.

 

 Les tensions ou les souffrances de cet organe peuvent vouloir dire que notre mode, habituel & excessif, de réaction face aux sollicitations de la vie est la colère.

 

Chaque fois que nous « réglons » nos problèmes avec le monde extérieur en hurlant, en entrant dans de grandes colères, nous mobilisons toute l’énergie du foie dans cette direction, le privant ainsi à chaque fois d’une grande partie de l’énergie nécessaire à son fonctionnement.

 

L’organe va alors se manifester en ne jouant plus correctement son rôle dans la phase digestive.

 

Cependant à l’inverse, des colères trop souvent rentrées ou systématiquement gardées à l’intérieur vont densifier l’énergie dans le foie et risque de se traduire par des pathologies plus importantes (cirrhoses, kystes, cancer).

 

Les maux du foie peuvent aussi nous parler de notre difficulté à vivre ou à accepter nos sentiments, nos affects ou ceux que les autres nous renvoient.

 

L’image de nous-mêmes ou que les autres nous donnent dépend en grande partie du foie.

Le perçu de celle-là participe à notre joie de vivre, ce que nous retrouvons à travers le rôle de filtration et de « nourriture » du sang que joue le foie.

 

Ses tensions peuvent donc signifier aussi que notre image est remise en cause par  notre vécu et que notre joie de vivre a laissé la place a de l’aigreur et de l’acidité intérieure vis-à-vis de ce monde extérieur qui ne nous reconnaît pas comme nous le souhaiterions.

 

Nous sommes en plein dans la culpabilité.

 

Or, le sentiment de culpabilité nous « oblige » à nous justifier, à nous défendre.

Il mobilise nos énergies de défense psychologique et de nombreuses colères sont le signe et l’expression d’une peur qui ne trouve pas d’autre moyen de défense.

 

Si cette stratégie est fréquente, elle fragilise l’énergie du foie puis de la vésicule qui souffrent.



16/01/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres