* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Les maux de la rate & du pancréas.

    Les maux de la rate & du pancréas.

 

Ils signifient que nous avons tendance à traverser la vie trop raisonnablement, c'est-à-dire en laissant insuffisamment de place au plaisir, à la joie. Le devoir est important, le professionnel & le matériel étant les choses essentielles. La vie manque alors de cette douceur dont nous avons tous besoin. Les soucis matériels intériorisés et les angoisses obsessionnelles, les peurs de manquer ou de ne pas savoir, de ne pas être à la hauteur, sont les signes exprimés par les problèmes pancréatiques ou de la rate.

 

La tendance à vivre dans le passé, par peur de ne pas gérer le présent ou le fait de cultiver des mémoires de ce passé peuvent se manifester par des tensions ou des maladies de ces deux organes.

 

Le besoin de correspondance aux normes, de respect des règles, voire de dépendance par rapport à elles peut être exprimé par des déséquilibres de la rate & du pancréas.

 

Cela se retrouve au niveau énergétique car c’est l’énergie de la Rate-Pancréas qui a, entre autres, la charge du cycle menstruel et de sa manifestation cyclique, que l’on nomme communément « les règles ».

 

Ce besoin se retrouve aussi pour le diabète car les personnes concernées par ce déséquilibre doivent être très vigilantes sur la « régularité » de leur vie. Les moments des repas et toutes les habitudes de vie doivent être « réglés » parfaitement et respectés le plus scrupuleusement possible, au risque de déclencher un malaise.

 

Les déséquilibres pancréatiques peuvent prendre 2 formes, l’hypoglycémie (manque de sucre dans le sang) et lhyperglycémie ou diabète (excès de sucre dans le sang).

 

Que représente le sucre dans notre vie ? Il est la douceur, la gentillesse, et par extension, devient une preuve d’amour ou de reconnaissance.

Il est dans toutes les cultures du monde la récompense, le cadeau que l’on donne aux enfants lorsqu’ils ont été sages (respecté les règles), lorsqu’ils ont eu de bonnes notes à l’école (répondu aux normes) ou simplement lorsqu’on a envie de leur faire plaisir.

Ce cadeau est souvent « maternel ».

 

La présence excessive de sucre dans le sang exprime que nous avons de la difficulté à gérer, à vivre ou à obtenir de la douceur dans notre vie. Le diabète signifie fréquemment que la personne a eu un père excessivement et même parfois injustement autoritaire (excès de règles et de normes) et qu’elle a trouvé un « refuge » dans la douceur protectrice de la mère. La nourriture (mère) devient alors un palliatif, un exutoire important et le diabète, la conclusion logique d’une prise de poids progressive mais certaine.

 

Certains chocs psychologiques forts, au cours desquels l’individu est confronté à la destruction brutale de sécurités ou de croyances affectives, peuvent être exprimées par l’apparition d’un diabète.

 

L’hypoglycémie (insuffisance de sucre) nous parle, quant à elle, d’une souffrance inverse liée à l’incapacité, à la difficulté de recevoir, d’accepter, de penser avoir droit à la douceur.

C’est le cas fréquent d’enfants non désirés par la mère et/ou dont le père a été « absent ». L’absence de refuge maternel produit un amalgame négatif avec la nourriture que l’on n’aime pas, voire que l’on accepte pas (anorexie) ou que l’on assimile uniquement dans la nécessité. Mais cela se fait sans plaisir et sans douceur, avec le minimum de « sucre ».

 

La recherche des normes ou des règles absentes donne un physique anguleux & émacié où les rondeurs (douceurs) sont absentes.



25/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres