* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Les membres supérieurs.

    Les membres supérieurs.

 

Les maux de l'épaule.

 

Les tensions que nous ressentons dans les épaules (pointe de l'épaule, trapèzes, clavicules, omoplates, etc.) vont nous parler de notre difficulté à agir. Elles signifient que nous rencontrons ou ressentons des freins à nos désirs d'action, notamment en termes de moyens. C'est-à-dire que nous nous sentons « empêchés », non pas par manque de capacité mais par manque d'assistance ou par opposition extérieurs.

 

Nous pensons que le monde extérieur (ou notre propre censure) nous empêche, ne nous permet pas, ne nous donne pas les moyens ou bien ne nous autorise pas à agir. Les énergies ne peuvent donc pas passer dans les bras et se bloquent dans nos épaules.

 

Ce ne sont pas les « cérébraux », qui pensent beaucoup et agissent peu, qui me contrediront car ils ont pour la plupart les trapèzes très douloureux.

 

S'il s'agit de l'épaule gauche, la tension est en relation avec la symbolique Yang (paternelle et s'agit de  l'épaule droite, elle est en relation avec la dynamique Yin (maternelle).

 

Le Coude.

 

Lorsque nous avons mal à un coude, cela signifie que nous avons de la difficulté à accepter un vécu, une situation. Etant au niveau du bras, cette tension est nécessairement en rapport avec l'action, le faire.

 

Il se passe donc quelque chose ou quelqu'un fait quelque chose que nous refusons, que nous avons de la difficulté à admettre ou que nous n'acceptons que contraints et forcés.

 

Ce peut être aussi quelque chose que nous devons effectuer, malgré nous, ou que nous aurions préféré faire autrement, ou ne pas avoir à faire.

 

Les tensions au coude nous disent aussi que la façon d'agir, la nôtre ou celle des autres, ne nous convient pas, perturbe nos habitudes d'action, nos croyances ou nos certitudes par rapport à elles.

 

Les maux du bras (biceps & humérus).

 

Les tensions ressenties dans les bras (points douloureux, crampes, névralgies brachiales, etc.) sont la manifestation de la difficulté à agir que la personne ressent.

 

Les mémoires ou blessures inconscientes profondes d’un individu par rapport à sa capacité d’action qui remontent à la surface et que celui-ci refuse d’accepter, vont se manifester par des souffrances dans les bras, voire même des fractures de l’humérus, lorsque le souvenir, la mémoire qui apparaissent à la surface sont trop forts ou bouleversent trop la structure (os) des croyances personnelles ou des choix de vie de la personne.

 

Echec personnel, impossibilité de réaliser quelque chose professionnellement ou familialement, peurs par rapport à l’action ou à ses conséquences vont choisir, si besoin est, de s’exprimer par des douleurs ou des traumatismes dans les bras.

 

Il peut s’agir de vécus & d’expériences d’actions que l’individu a acceptés dans son Conscient, dans son mental, mais qu’il ne peut pas ou n’est pas encore prêt à accepter au fond de lui-même. Cela peut être le cas de quelqu’un qui a dû céder sur quelque chose qu’il considérait comme important pour lui (projet, réalisation technique, promotion, etc.) qu’il a compris et accepté ; cependant, au plus profond d’elle-même, cette personne ne l’accepte pas.

 

Malgré toutes les raisons logiques qui lui ont permis de comprendre les choses, elle refuse de les intégrer. Si la douleur ou le traumatisme se situent dans l’humérus, cela signifie que la tension est liée à la structure profonde, aux croyances et aux valeurs inconscientes de la personne par rapport à ses actes. Si, en revanche, cela se manifeste dans le bras, les muscles, nous sommes en présence d’une manifestation moins « grave » car moins ancrée sans la structure.

 

Lorsque la tension, la douleur ou la fracture se passent dans le bras droit, il va s’agir de quelque chose en relation avec le Yin, la symbolique maternelle, et toutes ses représentations (avec le féminin). Si par contre, la tension, la douleur ou la fracture se passent dans le bras gauche, il va s’agir de quelque chose en relation avec le Yang, la symbolique paternelle, et toutes ses représentations (avec le masculin).

 

Avant bras (cubitus & radius).

 

Ils vont nous parler de notre difficulté à accepter les actions ou les agissements que notre vécu peut nous amener à rencontrer ou faire dans notre vie.

 

Notre difficulté à choisir ou à donner des moyens d'agir, nouveaux, différents de l'habitude ou de la certitude peut se manifester par une douleur de cette région du bras, voire aller jusqu'à la fracture.

Elle se produit lorsque la tension est trop forte et que nos blocages par rapport à l'action ou au choix sont tellement ancrés, rigidifiés, pour ne pas dire fossilisés, qu'ils ne peuvent admettre la « torsion » (obligation de changement) imposée par l'extérieur.

C'est alors le cubitus ou le radius, voire les deux, qui « lâche ».

 

Mais la simple « raideur » des avant-bras signifie déjà que nous avons de la difficulté à « bouger », à donner au poignet et à la main la possibilité de jouer leur rôle de mobilité, de potentiel de changement de mode ou de type d'action dans la vie.

 

Les maux du poignet.

 

Les maux, les douleurs ou les traumatismes des poignets nous parlent de nos tensions, de notre manque de souplesse ou de sécurité dans nos actes ou nos désirs d'agir ou dans nos opinions.

 

Elles signifient que notre rapport à l'action, que ce que nous faisons, manque de sécurité, de solidité. Nous durcissons alors nos poignets dans le but de les rendre plus « solides ». Les tensions nous parlent aussi de notre rigidité dans l'action, c'est-à-dire de notre recherche de pouvoir sur le monde extérieur (les objets, la matière ou les êtres) et sur nous-mêmes.

 

Lorsque nous empêchons de faire, que nous ne nous en donnons pas la possibilité, nos poignets (et nos mains) vont se tendre et souffrir. C'est à eux que l'on enchaîne les prisonniers que l'on veut empêcher d'agir (alors que c'est aux pieds quand on veut les empêcher de fuir).

 

Mais de la même manière, lorsque nous voulons trop faire, lorsque nous sommes volontaristes ou excessivement directifs et que l'action ne passe que par la volonté et en force, nos poignets vont manifester leur opposition et calmer cette volonté excessive et cet emploi de la force en étant douloureux.

Notre Maître Intérieur nous oblige ainsi à nous calmer !

 

Si la douleur, le traumatisme ou la tension, se manifeste dans le poignet droit, elle est en relation avec le Yin (symboliquement maternelle) et dans le poignet gauche avec le Yang (symboliquement paternelle).



14/07/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres