* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Les maux de la Main.

          Les maux de la Main.

 

Ils vont nous parler de notre rapport à l'action manifestée sur le monde extérieur. Tension, douleurs, souffrances des mains signifient que notre rapport à ce monde extérieur est un rapport de maîtrise, de pouvoir, de possession ou d'avidité. Nous voulons trop tenir, serrer, maîtriser les choses ou les individus, que ce soit par volonté de domination ou par peur.

 

La main qui se ferme est celle qui retient, qui a peur que les choses lui échappent ou qui se défend ou attaque et veut frapper (poing fermé).

 

Pourtant, la vie, et tout ce qui s'y passe, peut être symbolisée par une poignée de sable. Si nous voulons l'avoir et la conserver, il nous garder la main ouverte, car si nous la refermons pour serrer ce sable, pour le tenir, le garder, il s'échappe alors par tous ses interstices.

 

La main pacifique ou qui accueille est toujours ouverte, alors que la main qui lutte, qui crie vengeance ou qui menace est toujours fermée.

 

Mains & poignets sont très liés et leurs souffrances souvent conjointes sont significatives d'une difficulté majeure à lâcher prise sur le monde, sur la volonté, la maîtrise, la possession ou le pouvoir sur ce monde.

 

Le pouce.

 

Le pouce est le doigt dans lequel se termine le méridien du Poumon. C'est le doigt de la protection, de la défense et de la réactivité par rapport au monde extérieur. Les enfants le savent d'ailleurs très bien quand ils disent, dans tous les pays du monde : « Pouce, j'arrête » ou bien : « Pouce, je ne joue plus », ou bien quand ils se mettent à sucer leur pouce dès qu'ils ont besoin d'être « rassurés».

 

Le fait que, de nos jours, de plus en plus d'enfants ne sucent plus de pouce mais fréquemment le majeur & l'annulaire est très significatif du manque de repères et du besoin profond de sécurité qu'ils ont.

 

Le pouce représente la sécurité extérieure, la protection de défense alors que le majeur et l'annulaire représente la recherche de sécurité, non pas par la défense mais par l'unité.

Ce besoin d'unité, intérieure & extérieure (soi-même et la famille) est associé à une recherche de pouvoir, d'action sur le monde extérieur.

 

Le pouce peut être aussi, dans le second temps, le doigt qui représente la tristesse ou la défaite.

 

Dans tous les cas, les traumatismes (blessures, coupures, entorses, brûlures, etc.) ou les pathologies du pouce (rhumatismes, arthroses, etc.), sont en relation avec ces notions de besoin de protection, de défense par rapport à une agression du monde imaginaire ou réelle, ou bien avec un vécu de défaite ou de tristesse.

 

L'index.

 

C'est le doigt dans lequel commence le méridien du Gros Intestin, le doigt de la protection mais dans le sens de l'évacuation des  choses, voire de leur expulsion vers l'extérieur.

Cela le conduit à être le doigt de la demande, de l'autorité, de l'accusation, voire de la menace.

Il ordonne, dirige et indique la direction qui menace.

 

Les tensions & les souffrances qui s'y manifestent sont en rapport avec un besoin d'évacuer quelque chose dans le sens de ne pas la garder en soi.

 

Cette chose est ressentie comme « non acceptable », comme devant être éliminée, en allant éventuellement jusqu'au sens le plus large du mot « éliminer » (menace).

Il s'agit donc, la plupart du temps, d'évacuer simplement un vécu qui ne nous a pas convenu.

 

Les maux de l'index peuvent cependant exprimer aussi une tendance excessive à la directivité ou à l'autoritarisme ; qui a besoin de s'évacuer du fait de son excès.

 

Le majeur.

 

Il est le doigt dans lequel se termine le méridien du Maître Cœur. C'est le doigt de la structuration intérieur, du gouvernement intérieur des choses et aussi celui de la sexualité (« pouvoir » sur les autres qui apporte du plaisir).

Il représente donc la satisfaction du vécu & de l'action que nous avons sur le monde.

 

Les tensions qui s'y manifestent nous parlent alors de l'insatisfaction que nous avons sur la façon dont les choses se passent ou dont nous les gérons dans notre vie.

 

L'annulaire.

 

Il est le doigt dans lequel commence le méridien du Triple Foyer. C'est le doigt de l'union des choses, de leur cohésion & de leur assimilation en nous.

Il porte l'anneau du mariage ou de l'union, quelle que soit sa forme.

 

Ses traumatismes ou ses pathologies nous parlent de notre  difficulté à « unir », à unifier les choses en nous ou autour de nous. Ils nous disent combien nous pouvons avoir de la difficulté à créer une cohérence entre toutes le parties de nous-mêmes et de notre vie afin de lui donner un sens.

 

L'auriculaire.

 

Il est le seul doigt où 2 méridiens se côtoient. Ce sont ceux du Cœur (qui y finit) et de l'Intestin Grêle (qui y débute). C'est le doigt de la finesse, de l'élaboré, mais aussi celui de l'émotionnel & du superficiel, de l'apparence voire de la prétention.

 

C'est d'ailleurs ce petit doigt qu'on lève lorsqu'on souhaite par exemple boire le thé d'un façon mondaine et donner de l'élégance au geste.

 

Les tensions ressenties sur ce doigt manifestent un besoin d'extérioriser soit une tension d'ordre émotionnel, soit une tendance à la superficialité ou à la subjectivité.

 

Elles signifient que nous sommes trop dans le rôle que nous jouons ou le paraître et insuffisamment dans le naturel, dans l'être.

 



14/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres