* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Mieux comprendre les infirmités physiques ou mentales.

  Mieux comprendre les infirmités physiques ou mentales.

 

La question des infirmités est trop grave pour être « résolue » en quelques lignes, mais il est, important de chercher à leur donner un sens.

 

Même si cela n'enlève rien aux difficultés, aux souffrances et aux problèmes qu'elles posent, cela peut au moins nous aider à ne plus les vivre, que nous soyons ou non infirmes nous-mêmes, comme une fatalité ou une injustice du destin mais plutôt comme un défi, peut-être excessif, fou, douloureux ou injuste, car c'en est un.

 

L'infirmité s'inscrit dans l'axe des choix d'incarnation.

Parmi les « contraintes » structurelles que nous nous choisissons pour réaliser notre Chemin de Vie, notre Légende Personnelle, certaines sont parfois dures ou désagréables.

 

Nous pouvons naître dans un pays, une famille, une culture ou une époque qui soient « faciles ou difficiles », selon les besoins d'expérimentation que nous avons. La naissance dans un corps infirme ou la fabrication accidentelle de cette infirmité font partie de cette dynamique accidentelle de choix d'incarnation.

 

Mais il est essentiel de revenir à nouveau et avec fermeté, sur le sens à donner à tout cela. La vie n'est pas punitive et  nous pouvons êtres parfaitement scandalisés par ce genre d'écrits, ou ces idées, qui disent que nous sommes venus payer des fautes.

 

Les infirmités ne sont pas des punitions mais des handicaps et le sens des mots est primordial car dans un cas (punition), ils signifient que nous ne sommes pas « bons » et dans l'autre, que nous sommes « forts ». Car à qui donne-t-on un handicap dans les courses ? A ceux qui sont manifestement plus forts !

 

La vie n'est ni vicieuse ni perverse, elle donne à chacun selon ses capacités et si elle nous convie des tâches ardues, c'est parce qu'elle sait que nous sommes capables (mais aussi avons besoin) de les surmonter. Elle sait nous proposer des épreuves pour nous amener à les dépasser mais en sachant toujours les doser en fonction de nos capacités.

C'est bien nous qui faisons des choix, qui, en l'occurence avons choisi ce handicap dans notre Ciel Antérieur ou dans notre Non-conscient.

 

Les infirmités de naissance sont donc des mémoires karmiques, venant du Ciel Antérieur, alors que les infirmités accidentelles sont des choix du Non-Conscient.

 

Mais ce sont toujours des épreuves de vie « choisies » par des êtres puissants, forts, dont la recherche est celle  d'un usage « obligé » de cette force vers la paix, l'acceptation & l'amour de la vie, de sa vie, même dans ces composantes qui nous semblent les plus « moches ».

 

Ceci nous permet peut-être de mieux comprendre le malaise qu'il y a souvent dans le regard des « bien-portants » vers ceux qui sont infirmes, surtout de ces « bien-portants » qui passent leur quotidien à se plaindre de leur propre vie.

 

Qui sommes-nous donc pour oser nous lamenter de notre vie ?

C'est une leçon que les infirmes nous donnent en permanence...

 

Les infirmités sont donc des  choix d'incarnation à surmonter pour ceux qui ont fait ces choix, mais elles sont aussi des opportunités de grandir pour nous tous qui sommes « bien-portants ». Elles sont destinées à nous apprendre l'amour, la tolérance, l'acceptation & l'humilité.

 

Concluons simplement avec ce proverbe chinois :

 

«Lorsqu'on tombe, ce n'est pas le pied qui a tort. »



03/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres