* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Plasma de Quinton : le bon compromis !

      Le Plasma de Quinton  

 

 

On le confond souvent avec le sérum physiologique. Or, il y a autant de différence entre eux qu'un produit naturel et un produit de synthèse.

 

 

Le sérum physiologique est une sérum artificiel à base de chlorure de sodium, tandis que le Plasma de Quinton (ou sérum de Quinton) est de l'eau de mer véritable ramenée, l'isotonie ( c'est l'état dans lequel se trouve l'eau de mer lorsqu'elle a la même tension osmotique que le plasma). Elle garde donc, même diluée dans de l'eau de source filtrée, toutes les propriétés marines, particulièrement en oligo-éléments.

 

Cela est fort important, car depuis le XVIIIe siècle, il est reconnu que la mer est notre milieu d'origine, la 1ère cellule ayant pris naissance au fond des océans.

 

Sur les traces de Claude Bernard :  En 1985, le célèbre biologiste Claude Bernard démontra que les ¾  de l'organisme humain étaient composés de liquides et formaient le « milieu intérieur ». Nos cellules vivent donc dans une sorte d'aquarium. Quelques années plus tard, un jeune homme de 30 ans, René Quinton (1866-1925), eut alors l'intuition que cet aquarium était marin et que ces liquides (plasma sanguin, plasma de la lymphe) étaient de l'eau de mer. Il fallut élaborer des hypothèses qui expérimenter.

 

René Quinton eut la chance de pouvoir travailler au Collège de France, dans le laboratoire d'Etienne Jules Marey (Membre de l'Académie de médecine & de l'Académie des sciences), qui s'intéressa à ses recherches. Effectivement, les expérimentations démontrèrent qu'il y avait identité entre le milieu intérieur & l'eau de mer.

 

Les premières expériences & la loi de constance marine originelle.

 

Les 1ères expériences se font sur de vieux chiens, saignés à blanc, jusqu'au réflexe cornéen aboli (attouchement de la cornée, qui provoque la fermeture de la paupière), et ceux-ci, après injection importante d'eau de mer isotonique, non seulement « ressuscitent », mais retrouvent une vivacité perdue depuis longtemps.

 

Après ces succès, le savant publit en 1904 « l'Eau mer, milieu organique » dans lequel il formule sa célèbre loi de constance marine originelle, puis c'est l'expérimentation sur un homme.

 

Dans un hôpital parisien, René Quinton injecta 700 cm3 d'eau de mer à un malade au dernier stade de la typhoïde et qui devait mourir dans la journée. Le soir même, à la stupéfaction de tous, le malade est sauvé. Cette méthode marine frappe le corps médical et, en quelques années, devient mondialement connue. Des dispensaires se créent un peu partout à l'étranger.

 

Les résultats spectaculaires se succèdent dans nombre de maladies, notamment dans la gastro-entérite des nouveau-nés & le choléra infantile qui firent tant de ravages au début du siècle, puis chez les femmes enceintes. Non seulement les grossesses se passent sans malaise, mais dans le cas de parents malades (syphilis), les enfants naissent sains & normaux.

 

Vers 1920, c'est l'oubli. La chimiothérapie fait des pas de géant et les médecins, qui se souviennent du grand biologiste, estiment sa thérapeutique dépassée.

 

Peu à peu, cependant, certains s'aperçoivent que l'abus des médicaments chimiques crée des effets secondaires quelquefois irréversibles. Venant à son heure, un ouvrage bien documenté permet aux travaux de Quinton de « refaire surface » ; la thalassothérapie retrouve un essor tel que les instituts marins se multiplient avec succès. De jeunes médecins étudient la « méthode marine » ; des laboratoires pharmaceutiques emploient le « plasma de Quinton » comme adjuvant à certains antibiotiques.

 

   Dans quelles conditions recourir au Plasma de Quinton ?  

 

Il ne s'agit pas de boire ou de se faire injecter de l'eau de mer intégrale. Celle-ci doit être puisée à certains endroits, puis ramenée à la concentration saline du corps (6.8 g / 1000), très inférieurs à celle de la mer (35 g / 1000) et cela, dans des conditions bien définies.

 

Chaque maladie requiert des doses étudiées en conséquence et, seul, un médecin spécialisé dans cette méthode peut les préconiser. Nombre d'échecs ne sont dus qu'à cette négligence.

En ampoules & à doses mineures, le « plasma de Quinton » peut être utilisé sans crainte pour des maladies bénignes.

 

Les indications.

 

Pour se re-minéraliser, par exemple, il est recommandé de boire, matin & soir, une ampoule de 10 cm3 un mois sur deux. Une action plus efficace est obtenue en gardant le liquide une minute sous la langue.

 

Le plasma de Quinton est également employé avec succès dans les cas suivants : maladies gastro-intestinales, incontinence d'urine, lymphatisme, tuberculose pulmonaire & osseuse, dermatoses, migraines, asthénie, neurasthénie & troubles mentaux, empoisonnements, hémorragies, troubles menstruels, traitement prénatal, vieillissement précoce, troubles du métabolisme minéral & hormonal, maux de gorge, rhume.

 

Les contre-indications.

 

Elles sont peu nombreuses : troubles rénaux & cardio-vasculaires, maladie de Basedow, hyperchlorhydrie, néphrite & dyspepsie nerveuse.

 

Retour à la liste



10/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres