COULEURS-DE-LA-VIE

COULEURS-DE-LA-VIE

Tenez bon, ça craque de partout !

coucher soleil (2).jpg

 

Avalanche de bonnes nouvelles en ce début d’année, ça fait du bien !

 

 

Cher(e) ami(e) de la Santé,

 

 

La coronafolie est peut-être en train de toucher à sa fin !

Il ne faut pas crier victoire trop tôt, bien sûr.

Il y a encore beaucoup de chemin avant d’espérer sortir du cauchemar.

Mais il faut se réjouir de l’avalanche de signaux positifs, en ce début 2022 !

 

D’abord, la nouvelle qui me réjouit peut-être le plus.

Mi-janvier, seulement 3 % des enfants de 5 à 11 ans avaient été vaccinés contre le covid. 3 % !

 

Alors que la vaccination est possible depuis un bon mois …

…et recommandée par nos autorités de santé !

 

Le 22 décembre, le ministre Olivier Véran l’a annoncé en fanfare chez Jean-Jacques Bourdin :

 

« Nous ouvrons aujourd'hui la vaccination pour les enfants, c'est officiel, je peux vous l'annoncer. Il faut vraiment engager cette vaccination des enfants.

 

Il y a environ 350 centres en France qui l’assureront. Il y a également les médecins de ville, les pharmacies à partir de fin décembre »

 

Les données sont très rassurantes et le vaccin est efficace ».

 

Le lendemain, notre ministre a même joué au VRP de Pfizer, avec une technique marketing bien rodée : feindre l’emballement de la population pour le « produit » :

 

« Nous constatons un engouement des premiers jours pour cette campagne vaccinale des enfants.

 

Hier, 15 000 rendez-vous ont déjà été pris. La plupart des rendez-vous sont déjà partis, comme des petits pains ».

 

En réalité, c’est raté : cette campagne est un échec complet, et c’est tant mieux !

C’est heureux pour la santé de nos enfants, bien sûr…

…. mais c’est aussi bon signe pour la santé mentale des parents, qui semblent avoir compris que c’était une folie d’injecter un produit expérimental à des enfants qui ne risquent rien du covid !

 

Et il y a aussi d’autres bonnes nouvelles, dans les pays qui nous entourent :

Les uns après les autres, ces pays abandonnent les restrictions !

 

C’est fait : l’Angleterre élimine toutes les restrictions !

 

Dès cette semaine :

 

Le port du masque ne sera plus imposé nulle part: évidemment pas à l’extérieur, mais pas à non plus l’intérieur ;

Le télétravail ne sera plus recommandé ;

Et le pass sanitaire, qui était déjà très peu utilisé (uniquement pour les grands rassemblements et les boîtes de nuit), sera totalement abandonné.

 

Et dans quelques semaines, les « covidés » ne seront même plus obligés de s’isoler.

 

C’est logique : « nous n'obligeons pas légalement les gens à s'isoler s'ils ont la grippe », a rappelé Boris Johnson.

 

Voici leur nouvelle politique, de bon sens, expliquée par le ministre de la santé britannique :

 

« Nous devons apprendre à vivre avec le covid de la même manière que nous avons appris à vivre avec la grippe », car « nous ne pouvons pas éradiquer ce virus et ses futurs variants ».

 

Bravo ! Enfin !

 

Et l’Espagne est en train de prendre le même chemin :

Pédro Sanchez, le président espagnol, a déclaré vouloir « grippaliser la covid et la traiter comme une maladie infectieuse présente de façon latente ou en permanence ».

 

Et pour lui, cela veut dire qu’il faut … arrêter de compter les cas !

 

C’est du bon sens : pour la grippe, on n’a jamais testé tout le monde pour compter les cas positifs un par un.

 

Eh bien pour le coronavirus, c’est tout aussi inutile, désormais, et cela coûte un

    « pognon de dingue » !

 

Rien qu’en janvier, les tests PCR ont coûté plus de 1,5 milliard d’euros en France – soit l’équivalent de la « rallonge » accordée aux hôpitaux pour la totalité de l’année 2021 !

 

En Espagne, on a compris qu’il fallait arrêter cette folie : déjà 5 régions ont déjà abandonné le comptage des cas.

 

Fini les tests massifs, au moindre symptôme. A la place, et comme pour la grippe, ce sera aux médecins de famille et aux hôpitaux de surveiller l’épidémie.

 

Même logique, et même type de discours, en Norvège :

 

« Nous sommes maintenant dans une nouvelle phase où nous devons considérer le coronavirus comme l'une des nombreuses maladies respiratoires à variation saisonnière » (Geir Bukholm, directeur adjoint de l'institut de santé publique)

 

Bref, vous le voyez : certains pays semblent se réveiller et comprendre qu’il fallait vivre avec le covid (d’autant qu’avec omicron, la maladie est devenue encore moins dangereuse que la grippe).

 

Même Anthony Fauci, le « pape » du covidisme aux États-Unis, a reconnu publiquement que le covid-19 ne pouvait pas être éradiqué et qu’il ne fallait pas « laisser ce virus dominer nos vies beaucoup plus longtemps ».

 

L’autre bonne nouvelle, c’est que des « bombes de vérité » commencent à se multiplier, dans les grands médias :

 

Toutes ces vérités « complotistes » désormais reconnues !

 

Dans ma dernière lettre, je vous ai parlé des grenades explosives du Pr Raoult, montrant que la vaccination provoque une augmentation du nombre de cas.

Plutôt que de protéger les populations, la vaccination de masse les rend désormais plus vulnérables à l’infection – ce qui est encore illustré par l’explosion de cas inouï en Israël, qui en est à la 4ème dose !

 

Mais le Pr Raoult n’est pas le seul à commencer à sortir des vérités

   « indésirables ».

 

Ainsi, les médias commencent à reconnaître que beaucoup de gens sont hospitalisés « avec le covid », et non pas « à cause du covid » !

 

Un rapport danois a évalué ce nombre à 23 % : c’est la proportion de patients arrivés à l’hôpital pour une autre maladie, un accident ou un accouchement … et testés positifs en arrivant !

 

En France, les autorités ont fini par lâcher les chiffres : ce sont bien 20 % des hospitalisés qui arrivaient pour autre chose que le covid, avant même Omicron !

 

Et pour les jeunes de 20 à 40 ans, c’était même plus de 40 % ... ce qui nous était bien caché jusqu’ici, pour nourrir les peurs sur un nombre soi-disant « élevé » de jeunes hospitalisés pour covid !

 

Autre évidence qui commence à sortir dans les médias : le pass sanitaire ou vaccinal ne freine en rien l’épidémie.

 

Le Pr Eric Caumes l’a dit haut et fort, sur plusieurs plateaux de télé et de radio : « d'un point de vue épidémiologie, santé publique, médical, le pass vaccinal est clairement une erreur.

 

Et il est allé jusqu’à révéler que le pass était lié à l’élection présidentielle :

 

« Le pass vaccinal est une punition. C’est une affaire de campagne électorale. Ça a été fait dans une optique d’ennuyer les personnes qui ne se font pas vacciner.

 

On ne peut pas bâtir une politique de santé publique sur le fait d’emmerder une partie infime de la population »

 

À propos de pass, on a entendu une belle « bombe » sur LCI récemment.

Un médecin généraliste y a déclaré que les régions espagnoles qui ont appliqué le pass sanitaire avaient plus d’infections que celles qui ne l’ont pas appliqué !

 

« Il y a moins pass sanitaire avaient plus d’infections que celles qui ne l’ont pas appliqué ! de propagation d’épidémie à Madrid (qui n’applique pas le pass) qu’à Barcelone (qui l’applique) », a-t-il déclaré.

 

Comme il ne fait pas bon dire ce genre de choses, LCI a rapidement essayé de limiter les dégâts sur son site Internet 

 

… tout en avouant que les 3 régions espagnoles qui ont le plus de cas … sont bien des régions qui appliquent le pass sanitaire.

 

Bref, dans le meilleur des cas, le pass sanitaire ne sert à rien … et plus probablement, il aggrave la propagation de l’épidémie en laissant croire aux vaccinés porteurs d’un « pass » qu’ils ne peuvent plus contaminer les autres.

 

Or, comme le dit bien le Pr Caumes, « On voit bien que le vaccin n'empêche pas la circulation du virus en population générale, on en a la constatation tous les jours ».

 

Ce qui est beau, c’est que même le PDG de Pfizer reconnaît la faible efficacité de son vaccin !

 

Dans une interview, M. Bourla a dit, mot pour mot que, face à Omicron, « deux doses de vaccin offrent une protection très limitée, voire aucune protection ».

 

Bien sûr, il prétend que la 3ème dose a une certaine efficacité, elle … mais ceux qui se sont arrêtés à 2 doses seront déjà contents d’apprendre que cela ne les protège en rien !

 

Surtout qu’il est dangereux de multiplier les doses : même l’Agence européenne du médicament (EMA) commence à tirer la sonnette d’alarme.

 

Des vaccinations répétées dans un intervalle de temps restreint ne représenteraient pas une stratégie durable sur le long terme », a déclaré Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale de l'EMA.

 

Pourquoi ? La réponse de l’expert européen fait froid dans le dos :

 

« Si nous avons une stratégie dans laquelle nous donnons des rappels, disons tous les quatre mois environ, nous finirons, potentiellement, par avoir des problèmes avec la réponse immunitaire. Il faut donc veiller à ne pas surcharger le système immunitaire par des vaccinations répétées. »

 

En clair, à force d’être en contact répété avec la protéine « spike » contenue dans le vaccin, notre système immunitaire pourrait ne plus la considérer comme une ennemie… et ne plus s’activer en cas d’infection !

 

Bref, la stratégie du « tout vaccin » apparaît de plus en plus

pour ce qu’elle est : une erreur massive.

 

On vous dit que vous avez besoin de doses nouvelles tous les 3-4 mois pour maintenir un semblant de protection (je répète : même le PDG de Pfizer dit que 2 doses ne protègent plus)… mais en même temps, on vous prévient que faire des doses répétées pourrait être problématique !

 

Bref, on est vraiment arrivé au bout du bout de l’échec de ces vaccins.

La République tchèque en a même tiré toutes les conclusions, en renonçant officiellement à rendre le vaccin obligatoire pour les plus de 60 ans (une mesure pourtant actée en décembre !).

 

Mais attention : il n’y a pas que des bonnes nouvelles.

 

Beaucoup de pays sont encore dans la folie covidiste : c’est le cas de l’Autriche, qui a acté l’obligation vaccinale, en vigueur dès le début du mois de février …

… et bien sûr la France, qui instaure un pass vaccinal inutile et liberticide au moment où l’épidémie ne fait presque plus de victimes.

 

Et puis, il faut bien réaliser que nous avons eu de la chance : sans Omicron, nous n’aurions pas eu toutes ces bonnes nouvelles, toutes ces « bombes de vérité » :

 

Omicron nous a beaucoup aidés, mais n’oubliez pas ceci !

Contre la corona-folie, Omicron est vraiment un cadeau du ciel.

D’abord parce que ce variant ne tue personne, ou presque.

 

Tenez-vous bien : sur les trois dernières semaines, il y a eu 12 millions de cas d’Omicron … et seulement 800 personnes entrées en soins critiques !

 

Bref, Omicron est beaucoup moins grave que la grippe !

 

L’autre avantage d’Omicron, c’est qu’il révèle l’inefficacité totale des vaccins contre les infections.

 

Tous les Français voient désormais les double ou triple vaccinés autour d’eux attraper le covid, au même rythme que les non-vaccinés.

 

C’est même pire que ça : les chiffres danois, britanniques et français sont de plus en plus clairs : Omicron frappe davantage les vaccinés que les non-vaccinés !

 

Donc, vous avez plus de risque d’attraper Omicron si vous êtes vacciné ! Et il n’est pas du tout évident que vous ferez une forme « moins grave » !

Bref, Omicron est vraiment le clou final sur le cercueil de l’idéologie vaccinaliste.

 

Mais n’oubliez jamais une chose.

Les autres variants auraient pu et dû être aussi inoffensifs qu’Omicron, si on avait soigné les gens et fait de la prévention.

Nous aurions pu atteindre les mêmes chiffres, très bas, d’hospitalisations et de décès avec la souche de Wuhan, Alpha ou Delta.

 

Pour cela, il suffisait de faire :

 

De la prévention, avec notamment de la vitamine D et de l’ivermectine (une nouvelle étude réalisée dans la ville d’Itajai au Brésil, l’a encore montré : 115 000 de ses habitants ont pris une petite dose d’ivermectine toutes les 2 semaines en prévention, et cela a divisé leur risque d’infection et d’hospitalisation par deux, et leur risque de mourir par trois).

 

Du soin précoce, dès les premiers symptômes, avec de la vitamine D « rapide » (calcifédiol), de l’ivermectine, le protocole Raoult ou encore beaucoup d’autres molécules naturelles qui fonctionnent très bien.

 

Aux États-Unis, deux médecins ont traité précocement près de 4 000 patients, avec toutes les bonnes molécules, et ont publié leurs excellents résultats :

 

0 décès (contre plus de 2 % de morts dans le reste du comté, soit 80 morts sur 4 000 !) ;

2 hospitalisations (contre 20 % dans le reste du comté, soit 800 sur 4 000 !)

Il n’y a pas besoin d’être un expert en statistique pour comprendre ce que cela veut dire.

 

Ces médecins ont soigné, très tôt, avec des molécules efficaces et pas chères, et ils n’ont déploré aucun mort, et quasiment aucune hospitalisation.

C’est ce qu’il fallait faire contre cette épidémie.

C’était évident depuis le début, pour qui avait les yeux ouverts, sans conflit d’intérêts.

Omicron est en train de nous sauver, parce qu’il est inoffensif, mais nous n’avions pas besoin d’Omicron pour que cette épidémie soit relativement inoffensive.

 

Nous n’avions pas besoin de confinements, de masques ou de vaccins.

 

Il suffisait 1) de prendre des précautions avec les personnes les plus vulnérables et 2) de faire de la prévention et du soin précoce.

 

Voilà la vérité.

Bien sûr, ils feront TOUT pour vous la cacher, jusqu’au bout.

Car ils ont du sang sur les mains. Les coupables méritent des procès pour crime contre l’humanité.

 

Mais pour la masse de ceux qui ont cru à leurs mensonges, il faut leur tendre la main. Vous avez été intoxiqué. Ce n’est pas forcément votre faute, mais il est temps de vous réveiller.

 

J’ai même lu cette proposition amusante sur twitter :

 

Les Covidistes, j'ai une sortie de crise à vous proposer.

Répétez après moi : « On est prêt à revivre normalement mais ça ne veut pas dire que les antivax avaient raison depuis le début, c'est Omicron qui change la donne. »

Promis, on fera semblant d'être d'accord si vous arrêtez.

 

Bonne santé,

 

 Xavier Bazin est journaliste d'investigation scientifique et il est l'auteur d'un livre sur l'influence et les travers de l'industrie pharmaceutique :  

 

 

Big Pharma démasqué. 



26/01/2022
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 466 autres membres