COULEURS-DE-LA-VIE

COULEURS-DE-LA-VIE

De l'origine de quelques superstitions

 

belle personne et chat.jpg

 

Pourquoi pensons-nous que le trèfle à 4 feuilles porte chance ? D'où vient la croyance qu'un parapluie ouvert dans une pièce porte malheur ? ...

Les origines de nos superstitions sont historiques, religieuses, ou parfois populaires.

 

* Renverser une salière :

 

Le sel était bénéfique (il conservait les aliments) et faisait l'objet d'un impôt (la gabelle), donc en gaspiller porte malheur. Ayant des vertus bienfaitrices, répandre du sel dans les coins d'une maison ou en jeter par dessus son épaule éloigne évidement les démons.

 

* Voir un chat noir :

 

En Angleterre du Moyen-Age, une surpopulation de chats, souvent entretenus par de vieilles femmes solitaires, a valu à ces animaux la même réputation que celles des sorcières (sans parler du vecteur d'épidémie de peste). Par ailleurs, Napoléon 1er aurait vu un chat noir avant de perdre la bataille de Waterloo qui l'opposait aux Britanniques (entre autres) ; le chat noir porte donc chance en Grande Bretagne !

 

* Allumer 3 cigarettes avec la même allumette :

 

Pendant la deuxième guerre mondiale, les soldats veillaient la nuit en fumant ; un ennemi pouvait repérer la flamme de l'allumette qui embrasait la première cigarette, ajuster sa visée à la deuxième cigarette, et tirer à la troisième.

 

* Ouvrir un parapluie dans une pièce :

 

Au 18ème siècle à Londres, les premiers parapluies à armatures métalliques étaient très dangereux à ouvrir en intérieur : ils pouvaient blesser les personnes présentes.

* Présenter le pain à l'envers sur une table :

 

Cela attirerait le diable dans l'imaginaire breton. Cela vient du fait que le boulanger gardait le pain du bourreau à l'envers au Moyen-Âge. (ou bien celui des condamnés a mort).

 

* La peur du nombre 13 (ou triskaidékaphobie) :

 

Satan serait le 13ème ange ; il y avait 13 personnes à table lors du dernier repas de Jésus ; 12 est le nombre parfait, donc 13 est le pire. En Italie, c'est plutôt le nombre 17, car XVII est l'anagramme de VIXI, signifiant « j'ai vécu », « je suis mort » en latin. (En Asie, c'est le nombre 4 qui porte malheur car c'est un homophone de "mort" en chinois.)

 

* La peur du vendredi 13 (ou paraskevidékatriaphobie) :

 

Jésus a été crucifié un vendredi, et le vendredi 13 octobre 1307 Philippe le Bel a fait massacrer tous les Templiers. (Pour les hispaniques, c'est le mardi 13 qui porte malheur.)

 

* La croix :

 

Ce symbole aurait le pouvoir de conjurer le mauvais sort ou d'éloigner les mauvais esprits. On croise donc les doigts, on fait une croix sur le pain, etc.

 

* Toucher du bois :

 

On touche théoriquement le bois de la croix de Jésus, qui éloignerait le mauvais sort. (Dans le nord de la France, on touche "du singe"...)

 

* Passer sous une échelle :

 

Une échelle contre un mur forme un triangle, symbole de la sainte trinité. Un simple mortel profanerait donc cet espace sacré s'il le traversait. A l'inverse, les égyptiens voyaient dans les échelles des symboles de libération et d'ascension aux cieux. L'échelle évoque la pendaison, le condamné à mort devait passer dessous mais non le bourreau.

 

* Croiser ses couverts :

 

Jésus est mort sur la croix, donc c'est faire une offense à Dieu de représenter cette croix à l'intérieur d'une maison. Mais sous une fenêtre ou à l'extérieur, des couverts croisés protègent la maison contre l'intrusion de mauvais esprit. (Pourquoi une telle différence de sens selon le lieu ?...)

 

* Jeter une pièce dans une fontaine :

 

Les sources étaient associées aux saints. Y jeter des pièces revient à honorer le saint en question, pour s'attirer ses vertus bienfaitrices.

 

* Un fer à cheval au-dessus d’une porte :

 

Un homme demandait à St Dunstan (maréchal ferrand, vers 959), de lui ferrer ses pieds fourchus. Dunstan reconnut Satan, et rendit alors l'opération si douloureuse qu'il put lui arracher le serment solennel de ne jamais pénétrer dans les maisons dont la porte d'entrée est surmontée d'un fer à cheval.

 

* La patte de lapin :

 

Le taux de reproduction élevé des lapins leur attribue un symbole de fertilité et de prospérité. De plus, les pattes de lapin, grâce à leurs poils fins, permettaient aux chercheurs d'or de récupérer les paillettes du métal précieux dans leur tamis. A l'inverse, le mot "lapin" est banni sur les bateaux car ces animaux rongeaient les cordages.

 

* Briser un miroir provoque 7 ans de malheur :

 

Les voyants Grecs (vers -300) prédisaient l'avenir des gens en regardant leurs reflets sur un métal poli ou une surface d'eau. Si l'outil glissait et se brisait, la personne allait subir de terribles difficultés. Et les 7 années de malheur se réfèrent à celles qui ont frappé l'Egypte de Pharaon dans la bible.

 

* Le trèfle à 4 feuilles :

 

Vers -200, les Druides adorateurs du soleil avaient rendu sacrés les trèfles à 4 feuilles car ils étaient vertueux et très rares.

 

* Faire un vœu quand on voit une étoile filante :

 

Une étoile filante représente dans certaines sociétés l'âme des défunts. On charge donc ces âmes d'apporter nos vœux vers le paradis pour être exaucés. 

 

 

Galdar Sechador

 



20/09/2023
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 494 autres membres