* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Les maux du cerveau.

   Les maux du cerveau.

 

Les problèmes cérébraux sont le signe de notre difficulté à gérer, par la pensée, les situations de notre vie. La conscience « consciente » domine et veut tout régler ou comprendre mais n’y arrive pas. Notre rapport à la vie est construit sur la raison, la logique rationnelle & le raisonnement. Les tensions ou les pathologies cérébrales expriment cette volonté de tout régler par la pensée, dure et sans émotion. On ne fait pas de sentiment ou on ne s’embarrasse pas d’états d’âme liés à d’éventuelles émotions qui ne peuvent qu’être parasites, soit parce que nous en avons peur, soit parce qu’elles ne nous satisfont pas et nous semblent inutiles. Seule l’efficacité directe et apparente compte, souvent comprise et matérialisée par le côté gestionnaire et « financier » de la vie.

 Le fait de raisonner toutes choses en termes de rentabilité aux dépens du côté humain, si caractéristique des « managers » actuels, se traduit souvent par des problèmes cérébraux.

Partant de la simple migraine en passant par les vertiges, les troubles de la concentration et de la mémoire, puis les problèmes circulatoires, ils finissent parfois par des tumeurs ou des « karochi ».

Ce disjonctage total dû au surmenage, qui s’appelle burn out en Amérique du Nord, fait des ravages au Japon en tuant des milliers de personnes et commence à apparaître chez nous. Le terme burn out, qui veut dire carbonisé, est intéressant quand on le rapproche du fait que nous sommes ici dans le Principe du Feu.

 Ces manifestations du déséquilibre de notre rapport à la vie apparaissent la plupart du temps chez les citadins ayant une activité professionnelle de bureau ou intellectuelle. Elles sont beaucoup plus rares chez ceux qui ont une activité manuelle ou physique qui les oblige à rester « connectés » avec la vie réelle, le Principe de la Terre.

 Les déséquilibres cérébraux nous parlent enfin de notre difficulté à laisser de la place au plaisir et à la joie simple dans notre vie. Nous trouvons là l’une des relations intimes qui existent entre le cerveau & le Cœur qui gère ce dernier au niveau énergétique.

La prédominance de la raison implique le besoin d’avoir raison et de fuir l’erreur qui n’est vécue que comme un signe de faiblesse. On refuse ainsi la composante humaine de l’erreur, sa nécessité et sa dimension expérimentale & évolutive, pour ne plus en retenir que la notion de faute et par conséquent de culpabilité.

Ce blocage des idées s’accompagne d’une grande difficulté à changer d’opinions & de modes de pensée et peut se traduire par des tensions cérébrales, des migraines ou des maux de tête.



27/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 356 autres membres