* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Architecture invisible.

    Pourquoi les axes des temples successifs de Louqsor ont-ils une légère inclinaison, l’un par rapport au précédent ?

 

Pourquoi le Parthénon a-t-il été édifié à l’emplacement exact qu’il occupe ?

 

Pourquoi le cromlech de Stonehenge et la Cathédrale de Chartres sont-ils orientés de manière surprenante.  Ont-ils un rapport entre eux et, si oui, lequel ?

 

Pourquoi les alignements de Carnac ont-ils cet aspect septentiforme ?

 

Toutes les réponses à ces questions viennent de la Terre (le tellurisme) et du Ciel (le cosmique).

 

La géobiologie, fille de la radiesthésie, redécouverte depuis une cinquantaine d’années, après un « oubli » de quatre cents ans, nous aide à comprendre comment ont été implantés les monuments les plus anciens de l’humanité, aussi bien les églises romanes & ogivales.

 

Il y avait, dans les temps qui nous paraissent les pluis reculés, une globalisation des connaissances au niveau de l’Univers. Cela a permis d’édifier, à la même époque, la pyramide de Kheops à Gizeh, les mégalithes d’Avebury ou de Carnac et certains temples d’Asie ou d’Amérique du Sud, suivant les mêmes règles de base, avec les mêmes procédés de captation des énergies, pour les retransmettre de manière sélective.

 

Il s’agit bien d’une architecture invisible servant de support à la construction matérielle.

 

En Occident, l’Eglise catholique a confisqué la science du 4ème au  15ème siècle : seuls, certains moines avaient la connaissance et une connaissance solide !... Le « Moyen Age », considéré souvent comme une époque de ténèbres, était, bien au contraire, un moment de l’humanité particulièrement riche.

 

A la Renaissance, les nouveaux scientifiques, non religieux, ont réinventé la connaissance, ont des progrès fulgurants, mais n’ont pas retrouvé tout un pan du savoir de l’humanité que les clercs ont gardé pour eux. Si certains initiés, religieux ou de descendance celtique ont gardé intacte la connaissance, la plupart des moines & religieux ont, peu à peu, perdu le savoir qu’ils avaient emmagasiné. Aujourd’hui ils ne savent, plus du tout, pourquoi leurs lieux de culte ont cette forme, cette orientation, ce point prévis d’implantation…

Et l’on peut se poser beaucoup de questions lorsqu’on voit un Pape donner l’ordre de changer la place des autels dans les églises !…

 

Il faut savoir que l’être humain est un microcosme, un tout petit champ spatiotemporel au milieu d’un gigantesque macrocosme dont il subit les influences.

 

L’homme baigne dans un champ d’énergies venues, à la fois, de la Terre et de l’Espace. L’équilibre des rayonnements reçus détermine sa santé, et les perturbations produites par le sous-sol de notre planète engendrent des déséquilibres et des états de faiblesse favorables aux maladies.

 

 La géobiologie nous aide à comprendre es phénomènes et à y apporter des remèdes.

 

Nous souvenant que certaines proportions régissent à la fois, la croissance de l’être humain, celle d’une plante, et les distances relatives des planètes, il est intéressant, aussi, de voir comment les civilisations anciennes ont su marier les connaissances astrologiques, mathématiques & géo biologiques pour utiliser les énergies cosmo telluriques et soigner physiquement les hommes tout en les élevant spirituellement.

 

Nous aidant de la géobiologie, à travers quelques rappels nécessaires, et de l’étude des proportions, avec le NOMBRE D’OR, il est fort intéressant de comprendre comment s’est faite l’utilisation active de ces notions dans les lieux de culte anciens du monde entier (Egypte, Grèce, Inde, Amérique, Europe).

 

Selon l’ouvrage de Georges PRAT

Editions Arkhana Vox



18/01/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres