* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Expressions Populaires * Séries * R * S *

   Le ¼ d'heure de RABELAIS.

 

Un mauvais moment à passer : il faut s'exécuter, régler la facture, ou … se débrouiller.

 

Rabelais, démuni d'argent et harcelé de ¼ d'heure en ¼ d'heure par son aubergiste qui lui présentait sa note, eut recours à un stratagème pour s'en débarrasser et pour quitter la ville (Lyon) gratuitement.

Il mit bien en évidence dans sa chambre deux petits paquets. Sur l'un il avait écrit : « Poison pour le roi », sur l'autre : « Poison pour la reine ». Son hôte, affolé, alerta la maréchaussée qui reconduisit le père de Gargantua à Paris.

François 1er, bon prince, pardonna cette plaisanterie et fit mettre Rabelais en liberté.

 

Faire RIPAILLE.

 

De nos jours, la ripaille est devenue synonyme de la « grande bouffe », la bombance joyeuse.

 

Pour les soldats du XVI siècle, la ripaille était l'approvisionnement chez l'habitant. Et tout porte à croire qu'ils en profitaient largement.

 

Le duc Amédée XIII de Savoie, antipape de 1439 à 1449 sous le nom de Félix V, se retira, après avoir renoncé à la tiare, au château de Ripaille sur les bords du lac Léman. Pour occuper ses loisirs, il ne lui restait que la bonne chère. La grande vie qu'il menait, dit-on, à Ripaille, aurait donné naissance à l'expression « faire ripaille ».

 

Faire le RODOMONT.

 

Se livrer à des hâbleries, vantardises, fanfaronnades, rodomontades.

 

Rodomonte (Ronge-Montagne), roi d'Alger, est un des personnages du poème épique de l'Arioste, le Roland furieux. Il représente la bravache, sottement hautain & provocant, le fier-à-bras typique.

 

Mourir de la mort de ROLAND.

 

Avoir une grande soif, à en crever comme l'on dit vulgairement.

 

Le preux Roland sonna du cor à perdre haleine pour appeler à son secours l'armée de Charlemagne. Assoiffé, épuisé, il chercha vainement de l'eau. Il n'y avait pas l'ombre d'une source dans ce terrible défilé de Roncevaux. Finalement, c'est à la soif que Roland aurait succombé, en cette année 778. Une version comme une autre de sa mort.

 

Donner un soufflet à RONSARD.

 

Pratiquer incorrectement la langue, faire des cuirs.

 

Des 7 poètes français de la Renaissance qui formèrent le groupe de la « Pléiade », Pierre de Ronsard est le plus connu. Son nom reste attaché au grand mouvement de restauration, d'épuration & d'enrichissement de la langue française. L'écorcher ne peut que blesser la mémoire de celui qui fut son plus ardent défenseur.

 

Franchir le RUBICON.

 

Sauter le pas. Prendre une décision audacieuse, dangereuse. Passer outre les conventions, les interdits.

 

Par ordre du Sénat romain était déclaré traître à la patrie et voué à la colère des dieux tout chef militaire qui franchirait, à la tête d'un groupe armée, une ligne symbolisée par une petite rivière, le Rubicon. César, impatient de gagner Rome pour s'emparer du pouvoir, transgressa les lois. Il enjamba le Rubicon en s'écriant : « Le sort en est jeté ! »

 

Par l'opération du SAINT-ESPRIT.

 

Par des moyens inexplicables, bizarres, mystérieux, douteux.

 

Allusion à la conception hors du commun de Jésus : « Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte par la vertu du St-Esprit avant qu'ils eussent habité ensemble » (Matthieu, I : 18).

 

Tout le SAINT-FRUSQUIN.

 

Apporter ou emporter tout son saint-frusquin : ce que l'on peut transporter avec soi en fait de vêtements & d'objets usuels, en général peu de choses, tout son bien. Les Africains disent les « billicos » et les transportent dans un mouchoir.

 

Frusquin, saint inventé, vient de frusques, vieux habits.

 

La cavalerie de SAINT-GEORGES.

 

La monnaie anglaise.

 

Saint-Georges, patron de l'Angleterre, figurait sur le revers de certaines pièces et toujours sur l'Ordre de la Jarretière. L'Angleterre, puissance dominante au XIXe siècle, était accusée d'utiliser plus volontiers son argent que ses soldats dans les conflits internationaux, de soudoyer les gens en place dans les pays étrangers pour qu'ils soutiennent une politique en sa faveur. « Faire donner la cavalerie de Saint-Georges » : entretenir un service secret, des espions.

 

Le scrupule de SAINT MACAIRE.

 

Scrupule excessif, remords pusillanime. Par une exigence excessive de bonne conscience, on est porté à se croire en faute pour un rien.

 

Macaire, ascète & ermite, pour se punir d'avoir tué une puce, « resta pendant 6 mois tout nu dans le désert jusqu'à ce que son corps ne fût plus qu'une plaie » (selon la Légende dorée).

 

Une fièvre de SAINT-VALLIER !

 

Une chance qui tue ou une émotion, une joie mortelles.

 

Le sire de Saint-Vallier, dont la seule faute était de refuser de livrer un secret qu'on lui avait confié, avait été condamné injustement à mort. On lui annonça, à 2 pas de l'échafaud, que sa peine était commuée en prison perpétuelle. L'émotion, trop forte, lui donna une fièvre dont il mourut peu de jours après.

 

Un jugement de SALOMON.

 

Jugement d'une sagesse perspicace, qui ne répugne pas aux astuces cruelles pour connaître de quel côté se cache la vérité.

 

Deux femmes se disputaient un enfant. Le roi d'Israël, Salomon, proposa de couper l'enfant en 2.

La vraie mère se révéla en préférant céder l'enfant vivant plutôt que de le voir tuer.

 

Le rendez-vous de SAMARKAND.

 

Là où votre destin vous attend.

 

Dans l'un des contes des Mille et une Nuits, l'on voit un jardinier demander à son maître de lui permettre de s'enfuir au plus vite : il a rencontré la Mort qui lui a dit qu'elle viendrait le prendre, le lendemain dans ce jardin. Le maître prête son meilleur cheval à son fidèle serviteur en lui conseillant d'aller se cacher chez un ami à Samarkand. Le lendemain, le maître, se promenant dans le jardin, rencontre un beau jeune homme avec lequel il entre en conversation. Soudain, celui-ci l'interrompt : « Excuse-moi, il me faut partir, je suis la Mort et je dois être ce soir à Samarkand pour y prendre ton jardinier. »

 

Nourri dans le SERAIL.

 

Qui a appartenu longtemps à l'entourage du patron, qui est rompu à la pratique d'une profession, d'une politique, qui a la connaissance détaillée de ses secrets, de ses combinaisons.

 

Le sérail (du turc : seraï) est le palais clos à l'orientale, de configuration compliquée, aux coins secrets. Nourri dans le sérail, j'en connais les détours, dit le vizir Acomat dans Bajazet de Racine.

 

Un SESAME.

 

Le mot « Sésame » par lequel on désigne la clef d'un mystère, le moyen de faire céder une opposition, le secret de la réussite, est resté du conte le plus populaire des Milles et une Nuits.

 

Ali Baba, un modeste artisan persan, utilise à son profit la formule magique qu'il a surprise par hasard. « Sésame, ouvre-toi ! » Une lourde porte sur ses gonds découvrant les richesses entassées par une bande de quarante voleurs.

 

Le chant des SIRENES.

 

C'est le piège que cachent des manières trop aimables, des paroles doucereuses, le charme & la séduction calculés.

 

Les Sirènes de la mythologie, buste de femme, queues de poisson ou d'oiseau, envoûtaient les navigateurs par leur chant mélodieux. Les malheureux, magiquement attirés,  étaient précipités sur des rochers ou au fond des eaux pour être dévorés par leurs cruelles enchanteresses.

 

Du balcon de SIRIUS.

 

Ou voir les choses d »un point de vue de Sirius », c'est avoir une vision métaphysique des évènements terrestres, considérer les choses de très haut, avec un certain détachement, sans souci du détail réaliste.

 

Renan, le premier, a employé cette expression.

 

Sirius, de la constellation du Chien, est l'une des plus brillantes des étoiles du ciel.

 

Le rocher de SISYPHE.

 

Effort inutile pour un but que l'on n'atteindra jamais. Travail pénible, en vain recommencé. Le mythe de Sisyphe illustre l'inanité des œuvres humaines. C'est la démonstration de l'absurde, selon Albert Camus.

 

Sisyphe, roi de Corinthe, ambitieux, cruel, dévastateur, dénonciateur, sacrilège, méritait pour ses crimes d'être envoyé aux Enfers. Les dieux le condamnèrent à hisser sans fin au haut d'une montagne un lourd rocher qui retombait toujours en bas de la pente dès qu'il en avait touché le sommet.

 

Une voix de STENTOR.

 

Une voix claironnante & retentissante.

 

Stentor, l'un des héros de l'Iliade, possédait une voix si puissante qu'elle portait aussi loin que 50 hommes hurlant ensemble. Il était donc le crieur désigné de l'armée des Grecs qui assiégeaient Troie. Un jour malheureux, il voulut se mesurer au dieu Mercure, le héraut de l'Olympe, et succomba au cours de cette lutte vocale.



04/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres