* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Hépatites : les remèdes naturels.

  En médecine officielle, il n'existe pas de traitement contre les hépatites quelles qu'elles soient. Aucun médicament n'est vraiment utile, aucun régime non plus. Il est habituel de supprimer l'alcool. Le repos n'est indiqué qu'en cas de de fatigue. Dans les formes chroniques, on n'est guère plus efficace. Des traitements anti-viraux ont été essayés dans les hépatites chroniques B (Interféron). Ils peuvent être suivis d'une diminution des marqueurs de réplication virale. On ne note aucun effet sur des symptômes ou l'évolution de la maladie.

 

Cette maladie inflammatoire ou infectieuse, est due le plus souvent à un virus, parfois à des médicaments ou à l'ingestion de certains produits toxiques. Actuellement sont dénombrés au moins 5 agents pathogènes, les virus A, B, C, D et E, à l'origine de 5 hépatiques qui se différencient par leur mode de contamination, leur évolution  & leur prévention.

 

L'évolution se fait en règle générale  de manière naturelle vers la guérison  avec disparition des symptômes et normalisation des examens biologiques. Les complications sont généralement assez rares. L'hépatite A guérit quasiment toujours sans séquelle. Les hépatites B et C passent tout de même parfois à la chronicité, elles peuvent même évoluer vers une cirrhose.

 

Le « désert thérapeutique » proposé par la médecine pour traiter ces affections est encore plus désolant si l'on pense que cette infection virale, certes longtemps latente et bien tolérée, risque d'aboutir à la cirrhose et au cancer du foie, là aussi au-dessus de tout ressource thérapeutique. Fort heureusement, les plantes ou leurs extraits ont des solutions à proposer, pour éviter les complications, pour se protéger de l'apparition de la maladie dans les milieux favorables à la propagation, ou pour s'attaquer directement aux virus.

 

Phytothérapie.

 

L'Artichaut & le Chardon Marie (qui sont tous deux des chardons) sont de puissants protecteurs & réparateurs du foie endommagé.

 

L'Artichaut. (Synara scolymus)

 

L'artichaut n'est pas originaire de Bretagne mais d'Afrique du Nord. Ses feuilles contiennent des substances chimiques protectrices du foie, et stimulantes de la formation et de l'élimination de la bile.

Les feuilles d'artichaut renferment un principe actif majeur : la cynarine.

La cynarine est l'acide dicaféyl-1, 3-quinique. Mais l'artichaut renferme aussi une série d'acides-alcools (acides succinique, malique, citrique…)

 

La pharmacopée expérimentale a mis en évidence l'intérêt de la synergie et de la potentialisation des acides car pris isolément, ils n'auraient que très peu d'effets. De plus si l'on soustrait un de ces acides, les résultats sont décevants :

* Action hypolipémiante et hypocholestérolémiante.

* Action hépatoprotectrice.

* Action cholérique (augmente la sécrétion de bile).

 

Chardon Marie (Carduus marianus)

 

Comme tous les chardons, le Chardon Marie a de nombreuses propriétés médicinales axées sur les maladies du foie. Un de ses composés a été très étudié : la sylimarine qui est un puissant protecteur des cellules hépatiques.

Il s'agit d'un flavonoïde dont on connaît le pouvoir de captation des radicaux libres, ces molécules agressives cytotoxiques (destructrices des cellules).

De nombreux travaux ont montré que cette substance a une action sur le parenchyme hépatique qu'elle régénère. Elle le protège contre de nombreuses substances hépatotoxiques. Elle est donc très efficace dans les hépatites et a même une action protectrice dans l'intoxication à l'amanite phalloïde.

 

Acheter un flacon de teinture mère (250 ml) de chacune de ces deux plantes. Prendre 40 gouttes de chaque, matin & soir, pendant 2 à 3 mois.

Il existe aussi des gélules de poudre totale à 300 mg. Prendre 2 gélules matin, midi, soir avant chaque repas pendant un mois (un peu plus cher).

 

En pharmacie le Legalon en boîte de 60 comprimés contient aussi de la sylimarine : 2 comprimés 3 fois par jour.

 

Aubier de tilleulFaire bouillir 30 g dans 1 litre d'eau pendant 15 mn. Laisser reposer et filtrer. A boire dans la journée.

 

Gemmothérapie.

 

Faire préparer un mélange de macérats glycérinés 1 D de :

 

Carpinus betulus (bourgeon) 20 ml

Betula pubescens (bourgeon) 30 ml

Citrus limonum 30 ml

Sequoia gigantea (jeunes pousses) qsp 125 ml

 

Prendre 2 fois 60 gouttes dans de l'eau

 

Aromathérapie.

 

Quelques huiles essentielles (H.E.) sont très utiles pour régénérer les cellules hépatiques.

 

Voici 2 formules :

 

* Voie cutanée :

 

H.E. Ocimum basilicum 3 ml

H.E. Ledum groenlandicum 1 ml

H.E. Thymus CT thujanaol 2 ml

H.E. Mentha piperita 3 ml

H.E. Ravensara aromatica 5 ml

 

Gel neutre ou huile végétale 100 ml

 

Appliquer une noisette de gel (6 à 8 gouttes) 3 fois par jour en onction au niveau du foie.

 

* Voie orale.

 

H.E. Ocimum basilicum 30 mg

H.E. Ledum groenlandicum 10 mg

H.E. Thymus CT thujanol 30 mg

H.E. Melaleuca alternifolia 30 mg

Excipient 320 mg

A  faire préparer en gélules (60 gélules)

 

Prendre 1 gélule matin & soir avant le repas. Le traitement pourra se poursuivre sur plusieurs mois suivant les résultats biologiques.

 

Deux autres traitements naturels.

 

Homéopathie : Phosphorus.

 

Prescrire une dose matin & soir en 15 CH pendant 10 jours, puis selon l'évolution des tansaminases prescrire 1 dose par jour pendant 10 jours jusqu'à normalisation totale.

 

Remède de drainage :

Chélidonium

Hydrastis

China

 

Ces 3 remèdes seront pris en 5 CH, cinq granules de chaque 2 fois par jour.

 

Oligo-éléments :

Cuivre : 2 ampoules par jour.

Soufre : 3 ampoules par semaine.

 

Les 5 types d'hépatites.

 

L'hépatite A : elle est contagieuse par le contact direct des mains ou de l'eau sale…

Elle s'attrape dans les pays où les conditions d'hygiène sont précaires, mais également dans les collectivités ou l'été sur les lieux de vacances. Les malades atteints sont contagieux uniquement durant la période d'incubation qui dure de 15 à 60 jours.

 

L'hépatite B : Elle se transmet par le sang (transfusion sanguine, seringues mal stérilisées…) ou par voie sexuelle comme les hépatites C & D. Cette affection touche, dans 60 % des cas, des jeunes entre 15 et 30 ans. Le virus persiste dans le sang et le sperme pendant très longtemps. Il existe en France  plus de 300 000 porteurs chroniques du virus : 10 % d'entre eux vont développer des complications.

 

L'hépatite C : Elle se transmet principalement par le sang ou du matériel souillé. Elle est essentiellement post-transfusionnelle ou contractée par les toxicomanes. Plus de 800 000 personnes sont infectées par le virus en France.

 

L'hépatite D : Elle ne survenir que chez les sujets déjà infectés par le virus B.

 

L'hépatite E : Elle est peu présente en France. Elle est très sévère chez la femme enceinte surtout dans les pays du Tiers Monde.

 

Symptômes cliniques des hépatites.

 

Les hépatites épidémiques (ictère catarrhal) : incubation de 2 à 3 semaines avec fièvre, maux de tête et un syndrome de courbatures qui rappelle la grippe et de dyspepsie (troubles de la digestion), suivi d'ictère (coloration jaune).

 

Les hépatites par inoculation : l'incubation absolument silencieuse peut durer de 1 à 3 mois avant l'apparition de l'ictère (« ictère de la seringue »).

Lorsque l'ictère est constitué, le foie est gros, douloureux, l'état général est plus ou moins perturbé, accompagné d'un état encombré des voies digestives, des urines foncées par des els et des pigments biliaires alors que les selles sont décolorées.

La décoloration des selles est toutefois absente dans 90 % des cas, ce qui fait que la maladie passe inaperçue la plupart du temps. Le diagnostic est en fait bien souvent posé à l'occasion d'une prise de sang systématique ; il repose sur le dosage des transaminases qui sont élevées.

 

                                                                        Dr J.P. Willem.



08/10/2007
40 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres