* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Le Fer : Prévention & traitement.

 

 

 

dauphin soleil.jpg

   Retour à la liste

 

          L'anémie est une baisse du taux sanguin de globules rouges et/ou de l'hémoglobine, le pigment qui colore le sang. On incrimine d'emblée le manque de fer, mais il n'est pas toujours en cause, et l'excès de fer est dangereux. La consultation s'impose, et la réforme diététique et la complémentation alimentaire sont nécessaires.

 

Visages pâles, prenez garde au fer. Femmes et jeunes filles, mais aussi personnes âgées, petits & grands enfants, hommes, y compris les costauds, surveillez votre taux de fer. Une extrême pâleur du teint, une fatigue persistante, une tendance à l'essoufflement, un affaiblissement de la musculature, des difficultés à se concentrer : ces symptômes peuvent signaler une carence en fer.

 

Bien plus fréquent qu'on ne le croit, le manque de fer dans l'organisme concerne tous les types de consommateurs, les gros mangeurs de viande comme les végétaliens.

 

La Doctoresse Kousmine constatait que de plus en plus de carences en fer se manifestaient paradoxalement de nos jours, dans les pays riches et dans les classes sociales aisées pour lesquelles le prix des produits carnés ne constitue pas un obstacle.

 

Consommer des aliments riches en fer est une chose. Assimiler ce fer en est une autre. Pour ce faire, il est indispensable que le fer présent dans l'alimentation passe aisément de l'intestin vers le sang.

 

Extrêmement important le fer joue un rôle essentiel dans de nombreuses fonctions biologiques. Constituant de l'hémoglobine, le fer intervient également dans son fonctionnement, en particulier lorsque la circulation sanguine achemine l'oxygène vers les organes et vers les muscles. Il contribue également à la structure de réserve de l'oxygène du muscle, sous forme de myoglobine, en vue d'une utilisation ultérieure.

 

Son action s'exerce d'autre part au niveau du foie, du cerveau et de la lutte contre les infections. Pourtant, sa présence dans le sang s'évalue seulement en quelques grammes.

 

Un sujet de 70 kg possédera environ 4,2 g de fer, contre 35 de magnésium, par exemple.

 

Ces proportions situent le fer à la frontière entre les sels minéraux et les oligo-éléments.

 

Comment faire pour que le fer soit assimilé ?

 

Dans la mesure où son absorption se joue au niveau de l'intestin, le premier effort à soutenir porte sur l'équilibre de la flore intestinale. De celle-ci dépendra la santé de la muqueuse et sa capacité à laisser passer les éléments favorables et à fermer la porte aux indésirables qui affecteraient les organes que le liquide interstitiel dans lequel ils baignent. Un bon transit, de bonnes bactéries : c'est le premier point.

 

Ensuite, consommer des aliments riches en fer (lentilles, pois chiches, soja, haricots, céréales complètes.) et veiller à leur disponibilité. Savoir, par exemple, que la vitamine C  favorise considérablement l'assimilation du fer permet de penser à agrémenter les plats de légumes crus et cuits d'un filet de citron pressé et d'un hachis de persil, de boire en fin de repas une citronnade chaude, de préférence non sucrée, de manger en saison, au cours du même repas, que les aliments riches en fer, du chou ou des fruits rouges, très riches en vitamines C.

 

En revanche, parce que le calcium gêne l'assimilation du fer, éviter de consommer des produits laitiers au même repas qu'une importante source de fer, que ce soit des aliments ou un complément de fer.

 

Idem pour le thé : à boire plutôt en dehors des repas si l'on souffre d'une carence en fer car ses tanins en réduisent l'assimilation. Ne le laissez pas infuser afin que les tanins n'aient pas le temps de se diffuser dans l'eau chaude.

 

Et puis le faire vraiment, parce que le dire c'est bien, mais le fer, c'est mieux.

 

Le réglage de l'alimentation.

 

Mais attention, n'entreprenez jamais une supplémentation en fer, même avec des produits naturels, sans consulter un nutritionniste ou un médecin homéopathe ou naturopathe. L'excès en fer est tout aussi dangereux, en particulier pour le foie. La seule précaution que vous pouvez prendre sans danger si vous vous sentez fatigué, pâle et mal en point est la consommation des eaux minérales naturellement riches en fer biodisponible, notamment celle appelée O'ferrugineuse, présentée en doses qui, si on respecte la consommation conseillée, est sans risque.

 

Pour éviter l'anémie par manque de fer, un réglage alimentaire s'impose. Si vous refusez les produits animaux, privilégiez donc les légumes secs, les céréales complètes cuites, lactofermentées ou travaillées uniquement au levain, des légumes aux feuilles vert sombre et les algues.

 

Sinon, optez pour les produits de la mer, en évitant les poissons situés en bout de chaîne alimentaire comme le thon rouge.

 

Le végétalisme  & les carences en fer.

 

Par définition le végétarien ne consomme pas de viande, de chair d'animaux tués. Mais il y a plusieurs types de végétarisme.

 

Dans le végétarisme le plus strict, lacto-végérarien, les protéines sont fournies par les céréales complètes * il y a 8 %de protéines dans le blé complet *,  les produits laitiers, le tout accompagné de légumes & de fruits.

 

* Avec le végétarisme strict, ou lacto-ovo-végétarisme, le végétarien trouve ses protéines dans les produits laitiers, les oeufs & les céréales.

 

Emerge aujourd'hui un nouveau type de végétarisme, dû sans doute au rythme de vie moderne et peut-être à la crainte des carences. Ces piscivégétariens ne mangent donc aucune viande, même blanche, mais consomment aussi des poissons et produits de la mer. Pour eux, le risque d'anémie par manque de fer ne vient pas de l'alimentation, car le fer est présent dans les produits de la mer, y compris les algues.

 

* Quand au végétalisme, la forme la plus stricte puisqu'il consiste à ne manger que des végétaux, sous toutes les formes possibles, céréales, légumes, fruits, c'est un régime mis au point en son temps par M. Geffroy, fondateur de La Vie Claire.

 

Si, en cure ponctuelle, il contribue à guérir des malades chroniques ou autres, il est risqué d'en faire une règle de vie au quotidien, en particulier pour les nourrissons et les enfants, dont les besoins en fer sont élevés, c'est pourquoi le lait maternel est riche en fer. Les carences sont quasiment inévitables...



19/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres