* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Les bienfaits de la Pomme.

   Il est intéressant de savoir que nous pouvons apprécier, en toute saisons, un fruit aux vertus infiniment précieuses. Voyons d'abord sa valeur alimentaire : une grande abondance de sels minéraux & substances diverses dont une notable partie a été identifiée.

 

On a trouvé dans la pomme de la potasse, de la soude, du brome, de la chaux, de l'arsenic, de la silice, de la magnésie, du chlore, de l'alumine, un oxyde ferrique & des acides phosphoriques, gallotanique, formique, caproïque ; également les éthers amyliques, capryliques qui lui donnent son parfum, du géraniol, de l'acétaldéhyde, de la pectine, beaucoup de vitamines, etc.

 

Une partie de ces substances, leur combinaison dans la pomme, confèrent à ce fruit des propriétés thérapeutiques indéniables.

 

La pomme est riche en vitamine A dont la carence ralentit l'excrétion du mucus intestinal. Or ce mucus contient le lysozyme, diastase qui lyse (dissout) les bactéries infectieuses de l'intestin. Le fruit séché, renfermant plus encore de vitamines A, accélère rapidement cette excrétion de mucus avec son lysozyme. Il est donc avéré que la pomme est un remarquable désinfectant intestinal. Observons, en passant, que l'avitaminose A se manifeste encore par des ulcérations du tube digestif dont les parois, n'étant plus protégées par le mucus prévu à cet usage, sont vite attaquées par la sécrétion chlorhydrique de l'estomac. La pomme est donc utile pour se préserver des ulcères et même pour contribuer à s'en guérir.

 

« Par son tanin et par ses sels potassiques à acides organiques, elle s'oppose, en effet, écrit le Dr Leclerc, à la formation de l'acide urique, par son tannin en diminuant le nombre de leucocytes à la décomposition desquels doit être rattachée l'origine première de l'acide urique, par sels en neutralisant les acides résultant de l'albumine alimentaire et de celle des tissus. »

 

Le Dr Moro (de Heidelberg)  a préconisé la « diète de pommes » dans la diarrhée infantile. Pour ce faire, on ne donne à l'enfant que des pommes râpées, tout le temps que durent les selles liquides. L'heureuse action de la pomme sur les intestins la font prescrire dans la cure de la paratyphoïde & de la colibacillose. Elle stimule doucement les reins et facilite les éliminations par ces organes, aussi doit-on l'utiliser largement dans toutes les manifestations de l'arthritisme (goutte, rhumatisme chronique, herpès), également en cas de calculs rénaux et d'oligurie (émission insuffisante d'urine).

 

Le Pr T. Bondouy a signalé qu'à la clinique universitaire de Zurich, le Dr Grivel appliquait la cure de pommes & de légumes (tomates cuites à la vapeur) dans le diabète sucré des enfants, avec des résultats favorables.

 

   Particulièrement recommandée à la femme enceinte, la pomme est un puissant remède de la vagotonie que le Dr Delamare définit ainsi dans son dictionnaire : « Anomalie constitutionnelle particulière, caractérisée par une sensibilité spéciale du système nerveux autonome régi par le pneumogastrique, entraînant une série de troubles dont les principaux sont : la bradycardie (ralentissement des battements du cœur), la tendance aux syncopes et à l'anxiété, le myosis (rétrécissement de l'iris) avec élargissement de la fente palpébrale, la transpiration localisée aux extrémités, la salivation, l'hyperchlorhydrie, la constipation spasmodique avec poussée de diarrhée, les troubles respiratoires ».

 

Si nous remarquons encore que la pomme atténue les crises articulaires de la goutte, tonifie les bronches et draine les voies pulmonaires, on conviendra de la nécessité de lui ménager une place de choix dans nos menus.

 

Il est évidemment préférable, si l'on veut profiter de tous les précieux éléments de la pomme, de la consommer à l'état naturel, c'est-à-dire crue. Cependant, on peut prévoir une période d'adaptation pour les estomacs qui ne la tolèrent pas encore ainsi. Dans ce cas on usera de subterfuges pour arriver à l'accoutumance ; par exemple, râper la pomme et mêler à du miel ou à d'autres pommes précédemment cuites. Cuite au four ou en compote, la pomme n'est pas négligeable, mais il faut s'efforcer de manger aussi la peau (épicarpe) qui renferme beaucoup de principes utiles.

 

Pour bien profiter de la pomme, on l'introduira dans tous les repas, sans préjudice d'un petit déjeuner ne comportant que ce fruit que l'on peut, sans crainte aucune, absorber en abondance. C'est le meilleur  goûter pour les enfants, il ne leur surcharge pas l'estomac, tout en les nourrissant parfaitement.

 

On en fera un « bouillon » ou un « thé » ; le bouillon, en faisant cuire 2 ou 3 grosses pommes coupées en quartiers, pendant ¼ d'heure, dans un litre d'eau ; le thé en utilisant que la pelure (fraîche ou sèche) que l'on fait également cuire quelques minutes.



07/01/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres