* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Malaises physiques & Maux de l’âme ….

       ... sont  indissolublement  liés…

 

D'un côté, il y a les troubles fonctionnels, malaises bénins mais souvent chroniques, ou récidivants, et qui s'associent, l'un en entraînant un autre ou se rajoutant à lui, si bien que ceux qui en sont atteints ont toujours mal, ou peur d'avoir mal quelque part.

 

On les connaît : maux de dos, de tête, de ventre, gastrite, colite, aérophagie, insomnie, surcharge pondérale, tachycardie, fatigue, constipation, diarrhée. On en souffre comme d'une rage de dents et on redoute leur retour au point qu'on y pense sans arrêt ; on en guette les signes avant-coureurs, on vit en état d'infériorité.

 

S'ils sont abondamment décrits dans les livres médicaux et extrêmement faciles à diagnostiquer, si l'on dépense, pour les soigner, des millions d'Euros par an, et si les médecins emploient, pour les guérir, une panoplie de médicaments, on sait aussi que leurs causes sont multiples, parfois insoupçonnables, et qu'en venir à bout est souvent difficile, voire impossible. Et c'est grave : mal soignés, persistants, les troubles qui affectent un organe, un système ou une glande dégénèrent 80 sur 100 en maladie organique.

 

D'un autre côté, il y a les troubles du comportement, les errements d'humeur, ces malaises qu'on dit psychosomatiques : la fatigue morale, l'angoisse, l'anxiété, l'irritabilité, la nervosité, l'insomnie, la timidité excessive, la déprime, l'anorexie, la boulimie, maux de l'être qui font le mal de vivre, le déséquilibre, tonus & moral à zéro ou, au contraire, survoltés.

 

En réalité, malaises physiques et maux de l'âme sont indissolublement liés. Ils s'imbriquent, coexistent, s'autoalimentent chez tous les individus dont on dit qu' « ils ne vont pas bien », traduisant ainsi qu'ils ne sont pas en forme, pas en accord avec leur vie ou avec eux-mêmes.

 

Certains appellent « stress » les maux de la vie, les chocs, les émotions, les traumatismes petits ou grands, les séismes qui nous ébranlent & les microdrames.

Depuis que Hans Selye, physiologiste canadien de génie, en a décrit les mécanismes, on sait que tout stress est une agression à laquelle l'organisme apporte une réponse biologique spécifique, généralement hormonale.

 

Le cerveau décode l'agression et transmet un message de détresse.

 

A l'hypothalamus si le stress est violent, aigu, inattendu, et si la personne est plutôt dominatrice et extravertie.

A l'hypophyse quand le stress est chronique et l'individu plutôt timide et inhibé.

 

Car il n'y a pas de réponse unique au stress mais 2 réponses possibles selon que l'on est, en regard des classifications des psychologues, de type A, B, ou C, c'est-à-dire extraverti, équilibré, ou introverti, ou encore hyperémotif, normalement émotif, ou hyper émotif, hyperactif, actif ou lymphatique.

 

Comme un ordinateur, l'hypothalamus décode immédiatement une réaction de défense du système sympathique, c'est-à-dire une décharge d'adrénaline sécrétée par les glandes médullosurrénales.

 

Autre chef d'orchestre situé à la base du cerveau, l'hypophyse sécrète une hormone appelée ACTH qui, transmise par la circulation sanguine, excite les glandes  cortico-surrénales, qui elles-mêmes sécrètent alors en excès une autre hormone : la cortisone.

 

Ainsi chaque personne réagit-elle en fonction de sa nature profonde, mais tous nous puisons dans nos réserves pour nous détendre contre le stress, tirant sur un capital qui n'est pas inépuisable et ne se reconstitue pas lorsqu'il est entamé. Biologiquement, l'organisme, trop souvent ou trop fortement mis à l'épreuve, devient vulnérable.

 

Quand l'anormalité devient la règle, quand l'organisme ne peut, de cris en crise, reprendre son équilibre, on somatise.

 

Le corps craque. Alors naissent les troubles fonctionnels, puis les autres. On a de plus en plus mal, on va de plus en plus mal.

 

Si rien ne change apparaîtront les maladies dont, parfois, on ne peut plus guérir aussi facilement : le cancer pour les doux, les timides ; l'infarctus pour les battants, les nerveux...

 

   Articles concernés :

 

La Gelée Royale

Le Ginseng

Le Pollen

La détente par l'automassage du pied.

Dire non à la déprime.

Déprime de la Rentrée.

Une infusion antistress.

Chassez le stress * Embouteillages * Bureau *

La Thyroïde malade de stress.

Guérir les troubles thyroïdiens.

Comment surmonter le Stress.

Tulsit, plante sacrée : antistress * antioxydant *

Le Millepertuis = antidépresseur.

Ecrire pour se guérir.

Burnout ou épuisement professionnel.

Angoisse d'enfant * Dépression d'adulte.

Sérotonine & bonne humeur



21/02/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 398 autres membres