* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Quand il n’y a plus d’espérance…

   Parfois, en nous et autour de nous, tout s’écroule : à l’école, ça ne marche plus, les professeurs ne nous comprennent pas, nous sommes en conflit avec les parents, le courant ne passe pas avec les ami (e) s. Bref, rien ne marche, on se sent mal. Nous ne savons plus que faire de nous-mêmes. Cela nous arrive à tous un jour ou l’autre.

 

Quand les émotions sont très fortes & les difficultés importantes, il peut y avoir des jeunes qui pensent au suicide, voire même qui passent à l’acte. Cela est dû au fait qu’ils ne perçoivent pas combien l’avenir est important. Ils n’ont pas d’espace pour trouver des solutions. L’esprit est trop étroit, ils ne perçoivent que le présent. Il s’agit de chercher des solutions qui permettent de surmonter les difficultés & la souffrance.

 

Le suicide est lié à la souffrance qui est devenue insupportable. En fait, la souffrance est temporaire, elle ne dure jamais. Si nous y réfléchissons, il y a toujours des solutions à la souffrance. Si nous n’y réfléchissons pas, la souffrance est trop dure à supporter. Mais pour avoir l’espace pour penser, il faut que l’esprit soit plus ouvert. Car si l’esprit est trop étroit, s’il saisit trop ce qui se passe, il ne peut pas être clair. Si nous pouvons prendre du temps pour penser, nous allons trouver de nombreuses solutions. A ce moment-là, il n’est plus nécessaire de faire appelle au suicide. Le suicide signifie qu’il n’y a pas de solution et que la souffrance est ingérable. Don, il est important de savoir que les solutions sont à portée de main, à partir du moment où l’esprit est ouvert.

 

Chez les adolescents, le suicide est toujours dû à des raisons récurrentes : problèmes familiaux, histoires d’amour. En y pensant, nous nous rendons compte que se détruire ne sert à rien puisque les solutions peuvent être trouvées. S’inspirer de la vie d’autres personnes peut aider à trouver ces solutions.

 

Le fait qu’il y ait des problèmes dans notre vie, au présent, est quelque chose de normal.

 

Ce qu’il est important de se rappeler, c’est que nous avons beaucoup de capacités, un grand potentiel, la possibilité de faire beaucoup de choses positives. Or, les soucis prennent trop de place, ils deviennent un obstacle. Notre vie peut être utile pour nous, mais aussi pour les autres.

 

Si nous touchons le fond de cette manière, cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas d’issue. Même si parfois nous perdons toutes nos références et nos points de repère, nous pouvons toujours nous en sortir. Il y a toujours une porte de secours, un moyen de se transformer. Tout peut devenir positif, nous pouvons toujours renaître à nous-mêmes. Quand nous avons l’impression d’être perdus, en fait, nous avons encore de l’énergie quelque part en nous pour nous retrouver. Ainsi, nous voici au plus bas depuis quelques jours. Nous n’avons plus envie de téléphoner aux amis, plus très faim, plus envie de rire, ni envie de faire quoi que ce soit. Juste écouter de la musique toute la journée, allongés sur le lit, sans parler, les yeux fixés au plafond. Il est inutile de se conforter dans sa souffrance. Il vaut mieux s’efforcer de remonter le courant. Toute situation, même la pire, peut être dépassée. Ce n’est pas forcément facile et cela demande de la confiance en soi. Revenir à la clarté exige un certain effort.

 

Il est important de ne pas se laisser piéger par les situations difficiles, de ne pas se laisser séduire par la souffrance, de ne pas se laisser emporter par les difficultés. Si nous nous laissons submerger et entraîner par nos problèmes, nous nous paralysons avec l’impression qu’il est impossible d’en sortir.

 

Lorsque tout s’écroule, il arrive un moment où nous décider d’agir.

Il s’agit alors de prendre un autre chemin, de vivre les évènements autrement. Nous décidons de prendre la situation en main, de ne plus être prisonniers des circonstances ou des habitudes, de ne plus nous dire que c’est impossible, de ne plus dépendre des autres ou faire comme eux. Nous mettons alors tout en œuvre pour aller mieux. Nous essayons de nous dépasser, de passer à autre chose. Il s’agit de retrouver la confiance en soi et d’y aller ! C’est possible ! En mettant toute notre énergie dans cette direction, nous verrons que cela marche ! Il faut utiliser toutes nos ressources pour refaire surface.

 

   Il est essentiel d’y croire ! Lorsque tout s’écroule, lorsque nous sommes perdus, il y a vraiment une issue. Cela demande de la confiance en soi. Quel que soit le chemin que nous prenons pour nous en sortir, nous sommes capables de le parcourir, cela ne fait aucun doute. Si nous nous donnons la peine et si nous y mettons de l’énergie, nous trouvons en nous les moyens de résoudre nos difficultés. Ainsi, allongés sur le lit, les yeux au plafond, la musique à fond, immobiles, nous pouvons encore nous poser des questions. « A quoi me sert cette attitude ? Est-ce qu’elle est utile ? Dans quel sens ? Est-ce que je décide de rester la-dedans ? Pourquoi ? Qu’est-ce que j’apprends sur moi, sur ma relation aux autres et au monde ? »

 

Nous savons qu’il est important de préserver l’état d’esprit juste, la bonne motivation : ce que nous accomplissons est utile pour soi et pour les autres. Les moyens de nous transformer sont liés à cette motivation. Tout peur devenir un enseignement. Qu’il se passe quelque chose pour nous, pour les autres ou qu’il ne se passe rien, tout peut devenir une source d’inspiration. Si ce qui se passe est bénéfique, nous pouvons l’utiliser pour acquérir plus d’expérience et de liberté. Par contre, si ce qui se produit est négatif, si des mala-dresses sont commises autour de nous, nous pouvons en tirer des leçons. Il s’agit de lier à notre propre expérience ce que nous rencontrons. Les actions positives ainsi que les erreurs des autres peuvent nous servir. Cela nous permet de rester centrés et de toujours revenir au point essentiel : être libres.

 

  Se dépasser.

 

Il est important de se dépasser, de traverser les situations de la vie pour en faire quelque chose de bon pour nous. Il y a comme évidence : si j’ai froid, je vais mettre une veste et, s’il fait chaud, n’ayant plus de raison de garder la veste, je l’enlève. Il en va de même pour les situations de la vie : il n’est pas nécessaire de subir. Et même si nous sommes adolescents, nous pouvons toujours trouver un moyen qui nous aide à aller au-delà de la situation. Bien sûr, il est possible de rester passif et d’attendre que passe la difficulté, mais souvent, dans ces cas-là, rien n’arrive. Le seul obstacle qui nous empêche de trouver la méthode juste, en nous-mêmes, c’est notre manque de clarté, c’est notre esprit qui est dans la confusion.

 

Si nous nous entraînons à la clarté de l’esprit, la vie devient un chemin de développement, le quotidien, un matériau de transformation. Cela est particulièrement vrai si nous préservons une ouverture et un état d’esprit dans lequel nous nous demandons ce qui peut être bénéfique pour les autres. De cette manière, il n’est plus possible de se tromper. Ainsi, l’autre jour, avec notre professeur, que par ailleurs nous aimons beaucoup, nous avons eu un échange plutôt agressif. Devant toute la classe, lorsqu’il nous a interrogés, nous lui avons répondu avec beaucoup d’arrogance.

 

Après coup, nous nous sommes sentis mal. En y réfléchissant, nous voyons que c’était pour « frimer » face aux autres. S’il y a erreur de notre part, elle n’est pas grave à partir du moment où nous sommes conscients de ce qui se passe. Certes, il y a erreur, mais il y a possibilité de se corriger…

 

Si nous agissons ainsi, ce que nous accomplissons est bénéfique pour nous, et nous faisons quelque chose d’utile pour les autres. Les situations & les circonstances, les expériences que nous vivons nous permettent de devenir chaque jour un peu plus un être humain à part entière. C’est le signe d’une vie créative & juste…



19/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres