* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Le corps & l’âme en harmonie.

   Que faut-il entendre par là ? Tout simplement que, lorsque l'âme va bien, le corps n'a aucune raison de se plaindre. Cette observation peut être vérifiée à tout instant, dans tous les domaines.

 

En vivant contre notre nature, nous livrons notre corps à la maladie. Pourtant, nous sommes capables de supporter le stress psychologique pendant des années, que la source de celui-ci soit un travail que nous n'aimons pas, une relation amoureuse insatisfaisante, l'ascèse permanente que nous impose l'idéal de jeunesse & de minceur en vogue dans nos sociétés.

Il peut également être dû aux médicaments, à la nicotine, à l'excès d'alcool…

 

Les causes sont multiples. Lorsque notre corps se rebelle, nous en imputons la responsabilité aux virus, aux bactéries, à l'environnement. C'est la solution la plus facile, certes, mais en aucun cas la seule raison.

 

   Pourquoi tombons-nous donc malades ?

 

On a constaté il n'y a pas si longtemps finalement, que, au Japon, l'hypertension artérielle & les affections cardiaques étaient moins répandues qu'en Europe. Cela est d'autant plus étonnant que la durée moyenne de la journée de travail des Nippons est beaucoup plus élevée que la nôtre et que leurs congés annuels n'excèdent pas 2 semaines. Comment, dans ces conditions, expliquer le nombre relativement peu élevé des maladies dues au stress dans ce pays ?

 

La réponse est stupéfiante et a de quoi faire réfléchir : c'est que les Japonais aiment travailler. Cela ne signifie pas, naturellement, que l'Europe est peuplée de paresseux…Non, c'est une question de disposition d'esprit : pour le Japonais moyen, c'est un honneur d'être employé dans une grande société et de participer à son succès. L'entreprise est une grande famille à laquelle les employés sont intégrés comme membres à part entière, et beaucoup d'entre eux font même cadeau de leurs congés à leur société… (Nous n'en sommes pas vraiment encore là !...)

 

Le même phénomène peut être observé pourtant chez nous, mais d'une façon quelque peu différente. Il est bien connu que l'absentéisme est moins fréquent et la durée de l'absence plus courte dans les entreprises où l'ambiance de travail est chaleureuse & humaine que dans celles où l'atmosphère est froide et purement professionnelle.

 

Conclusion : ceux qui se sentent bien combattent  plus facilement le surmenage que ceux qui ne  se rendent au travail, jour après jour, que pour gagner leur vie.

 

   Le langage est révélateur.

 

Derrière les mots se cachent les maux, comme nous l'avons déjà vu, car le langage est révélateur. Bien souvent, notre  corps régit à un déséquilibre psychologique exactement à l'endroit où, si on les transpose, certaines expressions prennent tout leur sens.

 

Réfléchissez … Vous souffrez du dos ? Posez-vous la question : de quoi avez-vous « plein le dos » ?

De la gorge ? Qu'est-ce que vous ne pouvez plus « avaler » ?

De la tête ? Quel est le problème qui la rend « prête à éclater » ?

 

Des membres inférieurs ? Qu'est-ce qui vous « coupe les jambes » ?

Peut-être votre corps veut-il vous contraindre à vous reposer enfin ?

 

De l'estomac ? Qu'est-ce qui vous « reste dessus » ?

Qu'est-ce qui vous met « la rate au court bouillon » ?

Qu'est-ce qui vous fait « tourner les sangs » ? Pourquoi vous faites-vous « de la bile » ?

Et la liste est encore longue…

 

   Relâchez la pression de temps en temps.

 

Ne craignez pas de donner libre court à vos sentiments négatifs. Agression, colère, déception, chagrin…ont autant besoin d'être exprimés que l'amour, l'amitié, la tendresse, la passion.

Accordez-vous chaque jour un peu de temps pour vous mettre à l'écoute de ce qui se passe en vous et pour dialoguer, en quelque sorte, avec votre âme.

Ne refoulez pas les « mauvais » sentiments ; au contraire, essayer de les analyser.

 

Je connais une femme qui donne des coups de poing dans son matelas tous les soirs avant de se coucher, pour se débarrasser des agressions qu'elle a subies dans la journée et pour évacuer les contrariétés. Ensuite, elle s'allonge sur son lit, apaisée & satisfaites.

Cela vous fait sourire ? Essayez donc, juste pour voir…



26/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres