* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Lumbagos & Maux de reins.

   Les douleurs lombaires sont, hélas, courantes. Pourtant, il est possible de les éviter, et, lorsqu'elles se produisent, d'en atténuer les effets.

 

Le mal de reins le plus fréquent et le plus connu est évidemment le lumbago, généralement déclenché par un mouvement malheureux ou un coup de froid, entraînant eux-mêmes déplacements de vertèbres, inflammations ou déchirures des nerfs, muscles & tendons…

 

Mais au-delà des causes mécaniques, ces très douloureuses manifestations se produiront d'autant plus facilement que l'organisme sera dévitalisé.

 

Les lombarthroses chroniques, comme toutes les arthroses, résultent en effet d'un déficit dans la nutrition des cellules des cartilages, généralement aggravé par des surcharges toxiques.       J. B. Loin.

 

  Un foie surchargé.

 

Le foie du futur arthrosique ne parvient plus à filtrer les toxiques & les déchets contenus dans l'alimentation conventionnelle, et notamment dans les produits carnés & alcoolisés. Toutes ces substances toxiques excédentaires finissent par bloquer gravement les capillaires qui ne peuvent plus apporter suffisamment d'oxygène et de nutriments aux cartilages.

 

Ceux-ci dégénèrent alors assez rapidement, perdent leur souplesse, s'usent, s'écrasent… et ne peuvent plus assumer leurs actions.

Dans la région des lombaires, les disques intervertébraux, en s'affaissant, vont entraîner la compression de certains nerfs…et provoquer les douleurs que l'on imagine !

 

Mais il est bien évident qu'un organisme dévitalisé étend également ses ravages aux muscles et aux tendons qui, eux aussi, vont perdre de leur tonicité, devenir infiniment moins résistants, et être fréquemment sujets aux inflammations.

 

  Une diététique hypotoxique.

 

Les substances toxiques responsables du lumbago étant en grande majorité des acides (urée, acide urique, cholestérol, acétone, ammoniaque, urate de sodium, acide oxybutirique,  phosphates, acide diacétique, acides oxaliques & lactiques), la diététique appropriée se devra d'exclure radicalement tout ce qui peut les générer, c'est-à-dire : viandes & charcuteries, café, thé, chocolat, et autres aliments puriniques…

 

D'autre part, l'embonpoint, voire l'obésité, sont également souvent impliqués dans ces « maux de reins ». Lorsque c'est le cas, on s'abstiendra aussi des graisses, fritures, farineux, sucreries, boissons alcoolisées, et excès de sel.

 

Par contre, on insistera sur tout ce qui draine ces acides & toxiques, c'est-à-dire sur les fruits & légumes crus, et notamment les suivants : ail, carotte, céleri, chou, estragon, fenouil, oignon, persil, poireau, radis, salsifis, tomate ; cerise, citron, fraise, framboise, groseille, poire, pomme, prune et raisin. On fera aussi cuire à la vapeur la pomme de terre, le topinambour et les salsifis.

 

Mais il faudra surtout beaucoup boire (entre les repas), une eau peu minéralisée, et faire des cures fréquentes d'Hydroxydase et de jus de fruits (pommes, abricots, oranges, fraises, citrons).

 

Au plan organique, il sera indispensable de penser avant tout à drainer et stimuler le foie avec du radis noir, du céleri-rave, de l'artichaut et du pissenlit, ainsi qu'à régénérer les intestins et leur flore à l'aide de yaourts, de choucroute biologique crue, et de charbon végétal

 

Enfin, quelques compléments nutritionnels spécifiques tels l'Harpagophytum et le Cartilage de requin.

 

   L'Hygiène de vie.

 

Lorsque l'on souffre d'une crise de lumbago aiguë, il n'est évidemment pas question de faire de l'exercice. Il faut au contraire, rester immobile, au repos, bien souvent même couché, et attendre que cela passe. Les cataplasmes locaux aideront à la guérison. On emploiera soit l'argile tiède, soit un mélange de choux et d'oignons chauds. L'application doit durer au moins une heure ½, et répétée 2 à 3 fois chaque jour.

 

On peut également masser la région douloureuse avec de l'huile camphrée additionnée d'un peu de jus d'ail. Mais une fois la crise passée, il deviendra indispensable d'éviter la sédentarité, et cela pour 2 raisons essentielles : faire fonctionner les articulations et éviter l'obésité.

Bien sûr, il ne s'agit pas de se mettre à des sports violents, ni de faire le moindre excès dans ce domaine, mais de pratiquer des exercices réguliers & progressifs, en profitant le plus possible du plein air & du soleil.

 

Au travail, il faudra s'abstenir de contorsions répétées ou de mauvaises positions, sur son siège de bureau (ou de véhicule), et préférer les sièges tripodes disposant d'un appuie-genoux. Naturellement, un bon éclairage, une chaleur saine et un degré hygrométrique constant sont également nécessaires.

 

  Et les reins ?

 

Ce qu'on appelle populairement les « maux de reins » sont, en fait, le plus souvent des douleurs provoquées par l'écrasement de nerfs ou des lésions musculaires dans la région des lombaires.

 

Toutefois, les reins proprement dits peuvent être quelquefois impliqués dans, voire directement responsables de certaines douleurs.

 

En médecine chinoise, où l'on range sous la même rubrique les reins, les lombaires et la sphère génitale, on estime par exemple que des excès sexuels ou de trop longues stations en position assise engendrent une dégénérescence des reins.

 

Aussi, la modération dans tout ce qui concerne les activités de ces « reins », au sens chinois du terme, doit-elle devenir une règle de prévention.

 

Au plan thérapeutique, l'énergétique, c'est-à-dire l'acupuncture, pourra apporter une réponse partielle ; mais c'est la diététique qui, là encore, devra prévaloir. Dans ce domaine, la tradition extrême-orientale conseille notamment la consommation d'Azukis, ces haricots de soja rouges  -dont la forme rappelle précisément la forme des reins- et de miso.

 

Mais on peut aussi y allier la diététique occidentale qui préconise avant tout l'usage d'une eau très pure et peu minéralisée, que l'on boira pure ou dont on se servira pour faire des tisanes ou bouillons diurétiques.

 

Parmi ces tisanes, certaines sont précieuses pour leur double action drainante des reins et du foie, toujours plus ou moins impliqué dans les problèmes rénaux. C'est le cas de l'aubier de tilleul, de la bugrane, du pissenlit, des cheveux de maïs, et de la reine des prés (cholagogue) ; alors que d'autres allient des vertus diurétiques à une désinfection efficace des voies urinaires comme bruyère, busserole, ou piloselle.

 

Enfin, les meilleurs fruits & légumes drainants des reins sont : le melon, la cerise, la pomme (surtout en jus), la pêche, le poireau (notamment le bouillon de poireau), l'oignon (également en bouillon, ou en jus à raison d'un doigt au fond d'un vert en mélange avec de l'eau) et le chou cru (râpé)



02/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres