* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Science sans Conscience…

 

                 « C'est le défi de l'homme de ce siècle ...

 

de renouer non seulement avec la nature, mais à travers elle, avec « Sa » nature, avec « Sa » naissance, hors des habitudes prospères infligées au corps par une vision trop étriquée du monde du vivant. » Toni Ceron.

 

Pour Paracelse, chaque être était un livre marqué des lettres de la nature.

 

« Qu'il se garde bien d'appartenir à un autre,

celui qui est capable d'être à lui-même »

disait-il.

 

Et c'est bien de cela qu'il s'agit.

 

Nous jouons nos existences elles-mêmes à chaque instant en absorbant des produits dérivés qui n'ont plus qu'un rapport lointain avec la nature, et, au lieu d'être les maîtres du jeu, nous abandonnons nos destins à des multinationales sans aucune humanité, des firmes aveuglées par la seule quête du profit.

 

« Pâturages, collines & mines sont des pharmacies »,

 

disait aussi le vieil alchimiste, qui se pencha sur les remèdes de « bona fama » avec passion.

 

Il nous faut rester aux aguets de la nature et de notre nature. Chaque être doit « penser » à se nourrir en réfléchissant à ce que le corps lui réclame, sachant que chacun de nous n'a pas les mêmes besoins.

 

Les anciens alchimistes parlaient d'un feu secret & sacré, feu intérieur qu'il faut savoir nourrir pour qu'il ne finisse pas en cendres.

En nourrissant correctement notre corps, c'est cette énergie intérieure que nous nourrissons, et ce sont toutes nos potentialités que nous allons réveiller.

 

Nous côtoyons des trésors chaque  de notre vie sans les considérer, des trésors qui sont autant de clés sur le chemin du retour à l'équilibre initial de l'organisme.

 

Depuis Descartes, l'homme se croît le maître incontesté de la nature, et son arrogance est infinie. Héros, maître du monde, il n'a de cesse d'obliger la nature à lui obéir.

 

Nous avons peu à peu perdu de vue les réalités essentielles et la nécessité d'être en harmonie avec la nature.

 

Sans le feu, le verre n'est que du sable, la vie nous glisse entre les doigts. Il s'agit d'aider notre organisme à retrouver certains codes perdus, un chemin d'information vitale, qui nous conduise à échapper au désordre et au désarroi dans lequel notre corps est aujourd'hui jeté.

 

Il nous faut retrouver le principe de vie qui nous anime, échapper à l'hémorragie vitale que nous subissons journellement, la plupart du temps sans nous en rendre compte.

 

Les dogmes ont pris le pas sur la réflexion et investissent tous les champs du vivant, nos corps sont accommodés à leurs sauces ultra-light, et nous tournons en rond et en bourrique, accrochés à une nature préfabriquée, multipliant les gestes qui ravagent nos équilibres internes.

 

Il nous faut retrouver la puissance & la force de régulation de nos processus vitaux. Comprendre comme nous sommes les artisans intérieurs de notre santé. Grâce à cette connaissance de nous-mêmes, nous pourrons atteindre à la connaissance de l'Univers et réciproquement...   

 

                                                           Eric FAVRE.

Vous pouvez partager en toute liberté en citant la source : 

https://couleurs-de-la-vie.blog4ever.com/



13/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres