COULEURS-DE-LA-VIE

COULEURS-DE-LA-VIE

Une bonne santé est la clé de tout ...

promenade-bucolique.jpg

 

 

Ce n’est d’ailleurs pas innocent si les vœux de santé viennent toujours en premier dans ceux que l’on adresse en début d’année. Ce n’est pas non plus un hasard si la première chose que l’on demande à quelqu’un, juste après l’avoir salué, est « Ca va ? » 

 

« Précieuse est la santé dont on ne connaît le bonheur qu’après l’avoir perdue, écrivait Mme de Sévigné. Sans la santé, on ne peut rien faire … En un mot ce n’est pas vivre que de n’avoir point de santé »

 

De fait, la santé est tout. Voilà pourquoi il faut la ménager et être prudent avec nous-mêmes. De nos jours, cela passe par des précautions élémentaires et maintes fois répétées comme ne pas avoir de rapports sexuels sans protection, réduire sa consommation de cigarettes ou d’alcool.

 

Car lorsque notre santé est défaillante, c’est tout notre moral qui l’est. Et, par en enchaînement, notre vie.

 

« Tout doit céder le pas à la santé », souligne avec sagesse Schopenhauer.

 

Il ajoute aussi : « La santé par-dessus-tout l’emporte tellement sur les biens extérieurs qu’en vérité un mendiant bien-portant est plus heureux qu’un roi malade ».

 

« Il est d’ailleurs certain que rien ne contribue moins à la gaieté que la richesse et que rien n’y contribue plus que la santé : c’est dans les classes inférieures, parmi les travailleurs et particulièrement parmi les travailleurs de la terre, que l’on trouve les visages gais et contents ; chez les riches et les grands dominent les figures chagrines.

 

Nous devrions, par conséquent, nous attacher avant tout à conserver cet état parfait de santé dont la gaieté apparaît comme la floraison. Pour cela, son sait qu’il faut fuir tous  les excès et toutes les débauches, éviter toute émotion violente et pénible ainsi que toute contention d’esprit excessive ou prolongée.

Il faut encore prendre, chaque jour, 2 h, au moins, d’exercice rapide au grand air, des bains fréquents d’eau froide, et d’ autres mesures diététiques de même genre.

 

Point de santé si l’on ne se donne tous les jours suffisamment de mouvement ; toutes les fonctions de la vie, pour s’effectuer convenablement, demandent le mouvement des organes dans lesquels elles s’accomplissent et de l’ensemble du corps.

 

Aristote  a dit avec raison ; « La vie est dans le mouvement. »

 

« En thèse générale, les neufs dixièmes de notre bonheur reposent exclusivement sur la santé. Avec elle, tout devient source de plaisir ; sans elles, au contraire, nous ne saurions goûter un bien extérieur, de quelque nature qu’il soit ; même les autres biens subjectifs, tels que les qualités de l’intelligence, du cœur, du caractère, sont amoindris et gâtés par l’état de la maladie.

 

Aussi n’est-ce pas sans raison que nous nous informons mutuellement de l’état de notre santé et que nous nous souhaitons réciproquement de nous bien porter, car c’est bien là en réalité ce qu’il y a de plus essentiellement important pour le bonheur humain. Il s’ensuit donc qu’il est de la plus insigne folie de sacrifier sa santé à quoi que ce soit, richesse, carrière, études, gloire, et surtout à la volupté et aux jouissances fugitives. Au contraire, tout doit céder le pas à la santé »

 

« Quand notre corps tout entier est sain et intact, sauf une petite place blessée ou douloureuse, la conscience cesse de percevoir la santé du tout ; l’attention se dirige toute entière sur la douleur de la partie lésée, et le plaisir, déterminé par le sentiment total de l’existence, s’efface.

 

De même, quand toutes nos affaires marchent à notre gré, sauf une seule qui va à l’encontre, c’est celle-ci, fût-elle de minime importance, qui nous trotte constamment par la cervelle, c’est sur elle que se reporte toujours notre pensée et rarement sur les autres choses, plus importantes, qui marchent à notre souhait.

 

Dans les 2 cas, c’est la volonté qui est lésée, la première fois telle qu’elle s’objective dans l’organisme, la seconde fois dans les efforts de l’homme »

 

Schopenhauer.

 

Quelle est la thèse de Schopenhauer ?
 
La thèse défendue par Schopenhauer est que la satisfaction de nos désirs est insuffisante au bonheur ; par conséquent, la condition de l'homme est inévitablement malheureuse.


31/10/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 442 autres membres