COULEURS-DE-LA-VIE

COULEURS-DE-LA-VIE

Nous n’oublierons jamais !

chère planète.jpg

 

Je n'oublierai jamais la police traquant les personnes dans les bois ou sur les plages désertes pendant les confinements.

 

Je n'oublierai jamais le « n’appelez pas votre médecin, restez chez vous, prenez du Doliprane », interdisant tout soin précoce, efficace et peu onéreux.

 

Je n'oublierai jamais les masques tantôt inutiles, tantôt obligatoires même en extérieur, sous peine d’amende, imposés jusque dans les écoles même aux heures de « récré ».

 

Je n'oublierai jamais l'effacement des visages

 

Je n'oublierai jamais les attestations sur l’honneur contrôlables par les forces de l’ordre, justifiant et définissant nos sorties limitées à quelques motifs.

 

Je n'oublierai jamais l’exagération des morts qualifiés « covid ».

 

Je n'oublierai jamais les 135€ d’amende pour défaut d’attestation ou promenade seul en forêt pour pouvoir respirer sans masque.

 

Je n'oublierai jamais les dénonciations des voisins à la police.

 

Je n'oublierai jamais nos anciens en EHPAD interdits d’hôpital et « terminés » au Rivotril.

 

Je n'oublierai jamais, une pub audio-visuelle pour inciter à mettre Papi et Mamie dans une autre pièce, pendant le repas de Noël.

 

Je n'oublierai jamais une vidéo du gouvernement où une grand-mère se retrouve en réanimation après avoir été approchée par sa petite fille.

 

Je n'oublierai jamais l’interdiction de traitements potentiels et peu couteux.

 

Je n’oublierai jamais l’interdiction de prescrire ces traitements.

 

Je n'oublierai jamais le Dr Michel Cymes, sur les antivaccins covid : « Qu'ils se regardent dans la glace et se disent, oui, je peux tuer des gens aujourd'hui. »

 

Je n'oublierai jamais : « On vous vaccinera de force. Moi je vous ferai emmener par deux policiers au centre de vaccination ». Emmanuel Lechypre, journaliste.

 

Je n'oublierai jamais : « Les devoirs valent avant les droits. » Emmanuel Macron

 

Je n'oublierai jamais : « Un irresponsable n’est plus un citoyen. »

Emmanuel Macron

 

Je n'oublierai jamais le contrôle zélé de ce pass par nos semblables en mal d’autorité ou de supériorité. Je n'oublierai jamais l’interdiction des hôpitaux aux malades en cours de traitement non détenteur d’un pass

 

Je n'oublierai jamais : « Greffer un non vacciné c’est gaspiller un organe. »

Patrick Evrard, directeur du centre de transplantation de Mont-Godinne à Namur.

 

Je n'oublierai jamais Michel Onfray comparant les non-vaccinés à « des racailles, des contaminateurs conscients d’avoir le Sida ou des violeurs de jeunes filles. »

 

Je n'oublierai jamais : « Faisons payer l’entrée en réanimation aux non vaccinés. » Charles Consigny, chroniqueur

 

Je n'oublierai jamais l’obligation vaccinale, au 15 septembre 2021, des soignants, des pompiers et des militaires faisant des réfractaires à cette obligation des « suspendus ».

 

Je n'oublierai jamais les soignants applaudis puis suspendus, sans aucune ressource ni indemnité, puisque privés aussi de licenciement.

 

Je n'oublierai jamais la passivité, la léthargie et l'acceptation du peuple

 

Je n'oublierai jamais : « Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier 2022, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné... »

Emmanuel Macron.

 

Je n'oublierai jamais la fabrique de sous-citoyens dans notre République.

 

Je n'oublierai jamais la maltraitance infantile par la multiplication des tests rhinopharyngés invasifs et douloureux imposés par le gouvernement

 

Je n'oublierai jamais la quantité et la variété d’effets secondaires afférents à cette vaccination, pas toujours reconnus voire tus par nos médias et nos pouvoirs publics.

 

Je n'oublierai jamais la détresse et la solitude des victimes de ces effets parfois irréversibles.

 

Je n'oublierai jamais les morts de ces effets secondaires qui se comptent par dizaines de milliers, juste dans l’Union Européenne.

 

Je n'oublierai jamais qu’après 3 doses vaccinales « covid », le slogan gouvernemental :

 

« Tous vaccinés, tous protégés »

n’ait pas été remis en question.

 

Non, je n'oublierai jamais le « Quoi qu’il en coûte »,

notre souffrance ... et je pleure …

 

Extrait tracts Carlo Brusa le 26 juillet 2022



10/08/2022
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 468 autres membres