* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Propriétés du Cresson.

  A travers les temps, depuis les époques très anciennes, la réputation du cresson s’est conservée intacte, et les découvertes scientifiques n’ont pas réussi à la ternir. Bien au contraire, nous avons lu, sous la plume du  Pr Binet, la relation d’expériences où l’extrait de cresson injecté à des souris et à des rats freinait l’évolution de cancers expérimentaux.

Le même savant signale qu’un gramme de cresson par jour suffit à protéger du scorbut un cobaye précédemment à un régime scorbutigène.

 

Outre cette exceptionnelle richesse en vitamine C, le cresson recèle en proportions importantes des vitamines A, B1 et B2, E, PP. Il contient également ce précieux carotène qui est pour une grande partie dans la valeur de la carotte.

 

Si, chimiquement, la valeur du cresson cultivé se rapproche de celle du cresson sauvage, ce dernier doit tout de même être préféré, en raison des garanties de pureté qu’il peut présenter.

Quand on utilise le cresson de culture, il faut le laver à grande eau pour éliminer les reliefs de fumure pouvant y adhérer encore. Certaines cressonnières sont en eau vive et produisent un cresson impeccable.

 

  Un autre précieux trésor véhiculé par le cresson est constitué par des huiles essentielles sulfurées pouvant modifier favorablement les muqueuses de l’appareil respiratoire. Tous ceux qui souffrent de catarrhe pulmonaire, bronchite (surtout avec abondantes expectorations muco-purulentes), toux rebelle, coqueluche ou tuberculose même, se trouveront très bien de l’absorption quotidienne de 60 à 150 gr de suc de cresson pris dans du bouillon froid ou légèrement tiède.

Ce même suc, que l’on extrait en passant, dans une presse, le cresson préalablement froissé, passe pour être vermifuge.

 

Le cresson est encore prodigue de bien d’autres substances recherchées, telles que le fer, le calcium, le phosphore, l’arsenic, le manganèse, le cuivre, le zinc ; le soufre étant déjà mentionné.

 

  Ces sels minéraux lui confèrent des propriétés reminéralisantes et antianémiques dont profiteront les déficients, anorexiques, asthéniques, lymphatiques & anémiques.

 

Apéritif, tonique, dépuratif & diurétique, le cresson est également un draineur de l’estomac et du foie qu’il contribue à désengorger. Il est recommandé en cas d’hydropisie, de calculs & de maladies des voies urinaires, d’eczéma et maladies de la peau, de diabète ; contre la gale, les maux d’oreilles, la rétention d’urine.

 

Pour tous ces cas, on le consomme en grande abondance comme salade, en complétant, si possible, avec du suc de la plante crue. Pour vaincre la rétention d’urine, ce suc est mélangé à partie égale d’huile d’olive.

 

A l’extérieur, le cresson trouve également son emploi ; ainsi, pour favoriser la repousse des cheveux, on peut tamponner la tête avec le suc de cresson ; pour hâter la cicatrisation d’ulcères ou de plaies atones, on appliquera des feuilles fraîches, pilées. Ajoutons encore que le fait de mâcher sa feuille crue raffermit les gencives...



04/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres