* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

06 * Le Serpent : la vie ou la mort.

  Le serpent apparaît dans toutes les civilisations antiques sous diverses significations :

 

*  Symbole de vie & de vigueur parce qu'il possède la propriété de changer de peau, retrouvant ainsi l'apparence de l jeunesse, il accompagne les divinités mythologiques qui préside à la santé : Esculape, dieu guérisseur, incarnation de la vie intérieure & psychique, symbole du renouvellement perpétuel de la vie, 2 serpents enroulés en spirale autour du Caducée pour figurer les courants ascendant & descendant de la force universelle

 

*  Dans son rôle protecteur, il est l'uraeus (cobra), incarnation de la déesse Buto de la Basse-Egypte, qui crache du feu pour défendre ceux qui le portent. Il figure en compagnie du vautour (symbole de la Haute-Egypte) sur la double couronne du pharaon, il encercle la roue solaire ailée comme symbole de la force créatrice.

 

*  Il remplit aussi la fonction de psychopompe, protégeant le défunt contre ses ennemis au cours de son voyage dans l'au-delà.

 

Le serpent figure aussi l'ensemble des cycles de la manifestation universelle : dans la Pistis Sophia (attribuée à Valentin), le corps du serpent gnostique est partagé suivant le zodiaque.

 

*  Il apparaît aussi comme le symbole de la mort, de Satan qu'on rencontre réuni au serpent de la vie, son opposé, dans l'Amphisbène. Cette figure porte une tête à chaque extrémité, l'une, blanche, ailée et couronnée représente l'initié qui, par un sérieux travail sur lui-même, a dégagé le volatil du fixe, vaincu sa nature inférieure, décanté ses lies, figurées par la partie noire. La torsion centrale représente la souffrance impliquée par cette recherche obstinée de spiritualité.

 

*  L'art héraldique utilise l'image du serpent couronnée donnant naissance à un enfant pour symboliser la révélation  résultant de l'initiation ou naissance de l'initié avec sa véritable dignité.

 

Le reptile représente les forces cachées du monde souterrain procurant la force invincible au chevalier.

 

*  On le rencontre également comme symbole de la Terre dans le Livre des Morts des Egyptiens, et relié à la création chez les Mayas-Chortis : l'accouplement ciel-terre duquel naît l'humanité maya-quiché est synthétisé par l'Oiseau-Serpent (ou serpent à plumes) Quetzalcoatl, présent dans l'iconographie sous l'aspect d'un oiseau de proie enfonçant ses griffes dans le corps d'un serpent pour en extraire le sang destiné à former le corps de l'homme civilisé.

 

Tandis que les Aztèques l'adoraient comme symbole du pouvoir suprême, de l'Esprit unique qui imprègne toutes les formes de l'univers.

 

*  Dans le processus de création, entourant l'œuf cosmique (le chaos) il symbolise la fécondation par l'incubation de l'esprit vital divin, des semences de toutes choses , ainsi dégagées des liens de la matière inerte par la puissance divine.

 

*  Symbole d'immortalité, il s'enroule autour de l'arbre aux pommes d'or du jardin des Hespérides ou du hêtre de la forêt de Colchide qui abrite la Toison d'Or ; encercle l'Omphalos ou la montagne cosmique (axes du monde), symbolisant l'ensemble des cycles de la manifestation universelle, la Samsara, l'enchaînement de l'être au cycle indéfini des renaissances, le parcours indéfini et renouvelé des existences.

 

*  Le serpent-kundalini du Hatha-Yoga figure l'énergie cosmique & sexuelle, la puissance vitale ou libido, endormie dans le chakra du pubis, qui doit être réveillée, vitalisée et dirigée vers le chakra du sommet de la tête (sublimation de la libido, union en Dieu) en passant par les centres vitaux intermédiaires. Sublimation comportant de nombreux écueils & échecs.

 

* Au centre de la Roue de l'existence bouddhiste, le serpent rouge brun représente la haine.

 

*  En Inde, Vâsuki, le roi des serpents, est un symbole du savoir et de l'intelligence. Dans les épopées, les serpents sont de descendance divine et le serpent Cesa de la mythologie portant la terre est assimilé à Ananta, serpent étendu sur les eaux, personnification de l'éternité qui forme avec Vishnou Nârâyana (qui repose sur lui) la triple manifestation de l'énergie cosmique une et impérissable.

 

Les serpents y reçoivent encore actuellement, sous le nom de nâg, un culte reposant sur la peur et la fascination qu'ils provoquent et sur l'impression de mystère & d'étrangeté qui émane d'eux. L'iconographie les représente comme des personnages polycéphales à bonnet de cobra.

 

*  En Chine, le Serpent est l'un des 4 animaux venimeux, le 6e signe du Zodiaque associé au Sud, au Printemps & au Feu. Il symbolise la ruse, la méchanceté & la sournoiserie.

 

Les années Serpent sont caractérisées par des contrastes : favorables aux négociations astucieuses, au commerce & à l'industrie, au règlement des conflits, à la vie sentimentale, mais aussi au coups d'Etat, scandales, calamités & surprises de toutes sortes.

 

*  Dans ses rapports avec l'inconscient collectif, l'ophidien symbolise à un niveau inférieur l'agressivité, à un niveau supérieur le pouvoir & la sagesse.

Il est le représentant de l'inconscient où se sont accumulés tous les facteurs rejetés, refoulés, méconnus ou ignorés et les possibilités demeurées la  tentes en nous.

 

Ce sont ces forces très primitives, agglomérées en constellation, que met en jeu le serpent du rêve. Il est la manifestation d'une énergie psychique dormante prête à devenir agissante, en positif ou en négatif, en raison de l'ambivalence du symbolisme de cet animal à sang froid capable du pire (effroi, angoisse) comme du meilleur (propriétés curatives & salvatrices).



22/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres