* - * COULEURS-DE-LA-VIE * - *

* - *  COULEURS-DE-LA-VIE  * - *

Notre rôle de victime est une illusion.

 

 

Pour la plupart, nous savons trop bien ce qu'il en coûte d'être rejetés dans une relation qui nous est chère.

Lorsque cela se produit, nous avons souvent l'impression d'être des victimes.

Nous sentons que nous avons été lésés,  trompés, et qu'on a profité de nous.

Nous pouvons commencer à ressentir l'amour comme quelque chose de dangereux et de blessant à terme.

Nous pouvons même sombrer dans le désespoir en nous sentant malheureux, en colère, déprimés et terrorisés à l'idée d'aimer.

Le monde peut nous apparaître tellement injuste que nous ne savons même plus si nous voulons continuer à y vivre.

 

Beaucoup de ceux d'entre nous qui se sont perçus comme des victimes ou qui ont ressenti que les choses allaient toujours de travers dans leurs relations ont découvert qu'ils éprouvaient ces sentiments parce qu'ils avaient joué le rôle de la victime leur vie durant.

Ils ont même pu avoir l'impression que ce rôle était nécessaire pour leur survie.

Il leur a vraiment semblé que leurs expériences découlaient de tout ce qui se passait autour d'eux et qu'ils n'avaient pratiquement aucun choix en la matière.

 

L'égo voudrait nous faire croire que nous sommes victimes de nos relations car, au plus profond de nous-mêmes, nous sentons que nous ne méritons pas l'amour.

Il ne veut pas que nous sachions le secret des secrets : ce n'est pas la façon dont les autres nous traitent qui fait de nous les victimes, mais nos propres pensées…

Nous sommes blessés par les pensées dépourvues d'amour que nous entretenons sur nous-mêmes.

 

Une fois encore, la projection est un miroir et non un fait.

 

Nous endossons le rôle de victime chaque fois que nous nions que le sentiment d'être une victime provient de notre propre esprit.

 

Nous choisissons souvent des relations qui reflètent parfaitement la croyance selon laquelle nous ne méritons pas l'amour.

Puis nous les façonnons et les manipulons pour qu'elles correspondent à nos perceptions intérieures.

Lorsque les choses vont mal ou que nous sommes rejetés, notre perception d'être une victime semble être « prouvée » une fois de plus car notre esprit divisé nous cache la manière dont nous avons contribué à créer cette illusion.

 

Lorsque nous sommes piégés dans un rôle de victime, nous nous demandons souvent : « Qu'ai-je fait pour mériter cela ? »

Alors, nous vivons en nous sentant prisonniers et en percevant les autres comme étant là pour nous « posséder ».

 

Souvent, nous ne nous rendons pas compte que notre prison ne vient que de nos propres pensées.

Comme nous pensons que notre ennemi se trouve dans le monde extérieur, nous livrons des batailles pour être libres, dans lesquelles nous impliquons le monde et autrui, et nous luttons à la fois contre nos relations, l'Univers et nous-mêmes.

Nos relations restent désastreuses, ou du moins insatisfaisantes, tant que nous projetons nos rôles de victimes sur le monde.

 

Néanmoins, dès que nous reconnaissons simplement que ces rôles sont des projections de notre esprit, notre sentiment d'être une victime commence à s'estomper.

Nous nous libérons des limites que nous nous sommes imposées lorsque nous endossons la responsabilité de nos pensées & de nos actes.

Lorsque nous sommes disposés à reconnaître que nos relations négatives sont créées par nous-mêmes, nous devenons capables de reconnaître aussi que nous avons la possibilité d'en créer de positives.

 

Tout commence lorsque nous choisissons

d'abandonner notre rôle de victime !



22/01/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres